Le Gabon envisage d’imposer un test Covid-19 délivré par l’Institut Louis Pasteur aux camerounais souhaitant entrer dans son territoire

Dr Ludger Boulingui Boulingui (masque bleu) et les autres membres du COPIL © Gabonactu.com

Le Gabon envisage d’imposer un test Covid-19 délivré par l’Institut Pasteur de Yaoundé à tous les camerounais qui souhaiteront entrer dans son territoire, a indiqué lundi le Dr Ludger Boulingui Boulingui, Directeur régional de la santé dans la province du Woleu Ntem (province frontalière avec le Cameroun et la Guinée Equatoriale).

« Nous avons prévu proposer aux camerounais souhaitant rentrer au Gabon de présenter un test Covid-19 délivré par l’Institut Pasteur. Les Gabonais souhaitant aller au Cameroun doivent aussi présenter un test », a déclaré le médecin qui supervise la riposte contre le Coronavirus dans cette localité.
« Il envisage cette décision parce qu’il y a des citoyens camerounais qui se présentent à la frontière avec les résultats du test Covid-19 apposés sur leur carnet de santé », a expliqué le porte-parole du comité de riposte de la lutte contre le coronavirus (COPIL), le Dr Guy Patrick Obiang Ndong, l’un des principaux orateurs lors de la conférence de presse tenue ce lundi à Libreville pour faire le bilan de 4 mois de riposte contre cette pandémie.
gay porno
Le Dr Boulingui Boulingui soutient faire ces propositions pour limiter la propagation de la pandémie entre les deux pays.
Le Woleu Ntem a été la seconde province contaminée par le Covid-19 au Gabon après l’Estuaire dont Libreville est la capitale. Il s’agissait d’un étudiant gabonais qui rentrait dans son pays suite à l’arrêt des cours au Cameroun où il étudiait. Tous les premiers cas dans la province étaient importés du Cameroun. Les échanges entre le Gabon et le Cameroun sur cette frontière terrestre sont intenses.
Au 10 juillet, la province totalisait 131 cas confirmés. Aucun décès n’a été enregistré dans la province.
Le Gabon et le Cameroun sont membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC). Les textes de la sous-région garantissent la libre circulation des personnes entre pays membres mais depuis le déclenchement de la pandémie, tous les pays ont fermé leurs frontières. Seules les marchandises circulent encore librement.


Marie Dorothée


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.