Le CRAC urge les gabonais à s’approprier le Programme pour l’Egalité des Chances

Le président du CRAC qu’entouraient ses collaborateurs lors du point de presse au siège de l’association à Libreville le 24 février 2016 @ Gabonactu.com

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le président du Club de réflexion et d’actions citoyennes (CRAC), Séraphin Ondoumba a appelé mercredi dans un point de presse les gabonais (jeunes et adultes) à s’approprier le « Programme pour l’Egalité des Chances »,  lancé mardi à Libreville par le président Ali Bongo Ondimba.


 

 

« Nous appelons tous les gabonais au changement de paradigme pour la réussite de ce programme », a lancé M. Ondoumba, indiquant que son association qui adhère déjà pleinement au programme, jouera sa partition. Le CRAC est une plateforme associative dont le champ d’action est le soutien à la politique du développement impulsée par le numéro un gabonais.

 

 

Le programme pour l’égalité de chances fait appelle au changement de mentalités des citoyens gabonais. Son initiateur veut lutter contre le favoritisme, un fléau qui plombe le développement tout azimut du pays.

 

A travers ce programme, Ali Bongo, dénonce et veut combattre les « privilèges non mérités, les passe-droits, les marchés truqués, la cooptation sur des critères d’appartenance ethnique, politique, religieux ou familial ». Des pratiques rétrogrades  devenus légion depuis plusieurs décennies dans les  administrations publiques et privées du pays.
Pour sa mise en œuvre, ce programme tourne autour de 5 piliers à savoir : l’égalité des chances pour la formation et l’éducation, l’égalité de chances pour l’emploi, l’égalité des chances pour l’accès aux soins de santé de qualité, l’égalité des chances pour le combat contre les privilèges et l’égalité des chances pour les femmes. Pour ce dernier point, il s’agira de promouvoir la femme dans toutes ses facettes tout en la protégeant administrativement et juridiquement.
« Nous nous assurerons que les femmes soient mieux par le code du travail et en cas de discrimination ou de violences conjugales. Ainsi, des sanctions sévères seront infligées aux agents des forces de l’ordre et autres fonctionnaires indélicats qui essayeraient d’abuser d’elles », a fait savoir Ali Bongo lors de la cérémonie de lancement.

 

« Le plus dur c’est changer les mentalités « , a reconnu Ali Bongo dont le mandat de 7 ans s’achève en octobre prochain.

Selon le document stratégique de lutte contre la pauvreté et la croissance, la caste des privilégiés au Gabon concentrent 2% des richesses du pays.

 

Le Notable


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.