La nomination d’un opposant comme sénateur par le Président de la République constituera une grosse incongruité, selon Louis Gaston Mayila

Le président de l’UPNR, Louis Gaston Mayila ©  D. R

Le Président de l’Union pour la nouvelle république (UPNR, opposition), Louis Gaston Mayila a déclaré dans un entretien exclusif accordé à Gabonactu.com que la nomination d’un opposant par le Président de la République dont la nouvelle loi confère au Chef de l’Etat le droit de nommer 15 sénateurs, serait selon lui une grosse incongruité pour le promu. 

« Ça serait mal venu que quelqu’un qui est dans l’opposition, connu comme tel, qui œuvre dans cette opposition puisse être nommé sénateur par le Président de la République dès lors que la loi ne l’a pas prévu », a déclaré M. Mayila.


Pour Louis Gaston Mayila, par ailleurs juriste, la nouvelle constitution révisée en décembre 2020 reste muette sur la qualité des personnes qui seront nommées par le Chef de l’Etat. Elle ne spécifie pas expressément le camp politique des personnes qui seront amenées à être nommées.

L’homme politique qui a refusé catégoriquement d’avance d’être nommé par le Président Ali Bongo Ondimba au cas où il était sollicité, pense que cette approche « n’est pas bonne pour l’orthodoxie démocratique ».

La prochaine législature au Sénat va compter 67 sénateurs dont 15 qui seront nommés par le Président de la République. Les résultats provisoires du 1er tour des sénatoriales organisées le 30 janvier dernier, donnent déjà le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), une majorité confortable de 45 sénateurs. Le 2ème tour est attendu ce 6 février.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.