La mise en œuvre du projet ZAP piétine encore 2 ans après son lancement

Le vaste projet agricole  des cinq Zones agricoles à forte productivité (ZAP), qui visait à assurer la sécurité alimentaire sous peu tarde à prendre forme deux ans après son lancement par le gouvernement. A peine 600 parcelles sécurisées et cadastrées dont les superficies vont de 1 à 1000 hectares ont été attribuées à travers  trois provinces du pays requises par le projet. Toutefois,  la mise en œuvre de ces ZAP  était censée  contribuer à réduire de 50 %,  les importations alimentaires  du Gabon estimées à 300 milliards de FCFA  FCFA par an, courant 2022.

Vraisemblablement, cette date butoir ne sera pas respectée, puisque la mise en œuvre du vaste projet agricole piétine. Les investisseurs de 600  parcelles localisées dans  les zones de Kango et Andem (province de l’Estuaire), Idemba et Mboukou (Ngounié) et Bifoun-Abanga dans  la pronvince du Moyen Ogooué n’ont pas encore commencé à valoriser ces terres arables.


Les bénéficiaires des ZAP  se recrutent parmi des coopératives agricoles, des exploitants locaux, des PME agricoles et agro-industrielles qui souhaitent développer leurs activités.

Les cinq zones agricoles à forte productivité représentent un total de 75 000 hectares de terres disponibles. Au lancement du projet le gouvernement avait indiqué que ces terres arables mises à la disposition de chaque potentiel investisseur ou acteur agricole ont fait l’objet d’une étude rigoureuse des sols et des études agropédoclimatiques.

Antoine Relaxe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.