Malédiction à la Mairie de Libreville

Le Maire de Libreville, Eugène Mba soupçonné de détournement de deniers publics a démissionné le 01 juin 2021 suite aux fortes pressions © D.R

La Mairie de Libreville est vraisemblablement hantée, les démons s’en sont complètement accaparé, au regard du cafouillage ambiant qui y règne depuis quelque temps. 

En moins de six mois, la capitale gabonaise aura connu deux Maires. Après Léandre Zue qui séjourne préventivement à la prison centrale de Libreville pour des faits présumés de détournement de deniers publics après avoir régné de mars 2019 en décembre 2021 à l’hôtel de ville, Eugène Mba, son successeur semble être pris à l’étau pour des faits similaires.  Il est soupçonné d’avoir ordonné le décaissement pour un service non effectué de 338 millions FCFA pour le compte Jeta Groupe, entreprise adjudicataire retenu dans le cadre du projet d’assainissement et de lutte contre les inondations à Libreville. L’on reproche également à ce dernier d’avoir attribué ce marché de gré à gré, loin d’un appel d’offre comme l’exige, dit-on, la loi.


Sa démission assurément forcée est actée par l’arrêté pris par la gouverneure de la province de l’Estuaire, Marie Françoise Dikoumba. Le document datant du 01 juin courant, convoque un conseil municipal extraordinaire le 16 du même mois pour notifier à cette assemblée la démission de fait de l’édile de Libreville. Il sera question peut être de designer le même jour son remplaçant.

Concernant les griefs formulés à l’encontre du Maire démissionnaire, Eugène Mba rejette tout en bloc. Dans un communiqué rendu public le 18 mai dernier, l’hôtel de ville avait qualifié ces soupçons, « allégations mensongères ». Sur les réseaux sociaux et dans la presse, on parle d’une cabale orchestrée par certains puissants hommes du régime d’Ali Bongo pour faire tomber l’ancien banquier. Dans sa gestion de la chose publique, ses choix n’étaient pas, apparemment bien appréciés.

Eugène MBA pourrait subir le même sort que son prédécesseur, Léandre Zue. Son incarcération probable ne serait plus que question de jours ou de semaines, selon certaines indiscrétions relayées par la presse.

Sydney IVEMBI


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.