Gabon : le gouvernement table sur un taux de croissance de 3,2% en 2023

Le Ministre du Budget et des Comptes publics Édith Ekiri Mounombi épse Oyouomi au terme des conférences budgétaires 2022  le 25 juillet à Libreville © Gabonactu.com

Le Ministre du Budget et des Comptes publics, Édith Ekiri Mounombi épse Oyouomi, a annoncé lundi 25 juillet 2022 au terme de la première journée des conférences budgétaires relatives à l’élaboration du projet de loi de Finances  2023, que le Gabon, pays pétrolier  qui enregistre un léger embelli au niveau du prix du baril de pétrole,  table sur une croissance  de  3,2% en 2023.


« Nous avons projeté un taux de croissance de l’ordre de 3,2% contrairement à 2022 où il  est de l’ordre de 2,8% », a déclaré Mme Ekiri Mounombi Oyouomi.

Pour le membre du gouvernement ces conférences budgétaires ont pour objectif d’améliorer la programmation de l’investissement.  Il est question de  rationaliser, a-t-elle souligné,  le budget de l’investissement qui doit être en augmentation.

Les parties prenantes en pleines conférences budgétaires à Libreville © Gabonactu.com
Les parties prenantes en pleines conférences budgétaires à Libreville © Gabonactu.com

« Aujourd’hui les données macroéconomiques tiennent compte d’une situation macroéconomique globale, il s’agit de la guerre russo-ukrainienne ; nous  avons pris comme hypothèse de base  un  prix de baril de pétrole à 65 dollars, il faut être prudent. C’est vrai que dans la loi de finance rectificative 2022 on était à 80, une augmentation mais nous restons prudent », a-t-il indiqué.

Concernant  la première journée de ces conférences, outre la primature, le Ministre de la promotion de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption,  Francis Nkea Ndzigue, a présenté les deux projets prioritaires de son département.

« Nous voulons mettre en place une plateforme qui puisse permettre à tout citoyen de dénoncer la corruption, c’est une manière vraiment très importante de lutter contre la corruption », a indiqué M.  Nkea Ndzigue, indiquant par la suite que le deuxième projet prioritaire est accès l’élaboration  d’une politique nationale de l’évaluation. Une politique nationale qui cadre avec les réalités gabonaises.

Lesdites conférences budgétaires vont se tenir du 25 au 12 juillet courant. En 2ème phase, elles porteront sur les séances techniques entre les services de la Direction générale du budget et des finances publiques (DGBFIP) et les administrations sectorielles.

Notons que la loi  de Finances rectificative en 2022,  équilibrée en ressources et en charges est de  3295,6 milliards de FCFA.

Sydney IVEMBI


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.