Gabon : grève générale illimitée dans les régies financières

Le porte-parole de la FECOREFI, Sylvain Ombinda Talheywa III s’adressant à ses collègues le 24 novembre à Libreville lors de l’assemblée générale lançant la grève générale illimitée dans les régies financières  © Gabonactu.com

Des dizaines d’agents réunis au sein de la Fédération des collecteurs des régies financières (FECOREFI), regroupement de quatre administrations publiques (Douanes, Trésor, Impôts et hydrocarbures), ont lors d’une grande assemblée générale tenue mercredi 24 novembre 2021 à l’esplanade du Ministère du Budget à Libreville, unanimement lancé une grève générale illimitée pour non satisfaction de leurs points de revendications.   

« Nous avons écrit plusieurs fois, demandé les audiences auprès de madame le Premier Ministre, auprès des Ministres concernés, nous avons sollicité la tenue d’une réunion du comité de coordination qui réunit les trois ministres, rien, personne n’a réagi », a justifié  Sylvain Ombinda Talheywa III, Secrétaire général et porte-parole de la FECOREFI.


Les régies financières réclament la régulation des situations administratives  bloquées depuis une décennie, la publication du fichier truffé des fonctionnaires fantômes servant au paiement des primes dans les régies financières et  le paiement intégral de la Prime de la performance budgétaire (PPB). Une prime qui serait maintenant payée à 40%  en violation flagrante des dispositions de l’article 8 du décret 00429 alors que les agents ont dépassé les objectifs au mois d’octobre.

« Devant un tel silence méprisant, devant un tel comportement où eux-mêmes qui sont censés mettre en musique la politique Chef de l’Etat violent systématiquement sa signature, que voulez-vous que les agents qui subissent les contre-coûts de ces payements au lance pierre puisse avoir, c’est le gouvernement qui a lancé la grève  dans les régies financières et le gouvernement  est entièrement responsable de la démobilisation des agents  des  régies financières », a-t-il souligné.

La FECOREFI a observé une longue grève qui a duré 6 mois de Juillet à décembre 2020. Une grève nocive qui  avait fait perdre à l’Etat, des recettes estimées à hauteur de 300 milliards de FCFA.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.