Gabon : Ali Bongo a présidé mardi la prestation de serment de son nouveau gouvernement

Le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba s’adressant à la Nation le 31 décembre 2018  ©  DR

 

Libreville, 15 janvier (Gabonactu.com) –  Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba a présidé mardi en fin de matinée au palais présidentiel de Libreville la cérémonie de prestation de serment de son nouveau gouvernement formé samedi dernier depuis le Maroc où il séjournait dans le cadre d’une convalescence suite à un accident vasculaire cérébral (AVC) dont il a été victime le 24 octobre dernier à Riyad en Arabie saoudite.


« La cérémonie a été très conviviale et émotionnelle », a déclaré à la fin de la cérémonie, le ministre de l’Economie Jean Marie Ogandanga qui a dit être heureux d’avoir vu le chef de l’Etat pour la première fois depuis octobre 2018.

« Sa présence est un ouf de soulagement pour l’économie de notre pays. Ca doit rassurer les hommes d’affaires », a-t-il ajouté.

La presse indépendante n’a pas été conviée à la cérémonie organisée en application de l’article 15 de la constitution.

 « Avant leur entrée en fonction, les membres du gouvernement prêtent serment devant le président de la République en présence de la Cour constitutionnelle », dispose l’alinéa 4 de l’article 15 de la constitution adoptée par les deux chambres du parlement gabonais (Assemblée nationale et Sénat) réunies en congrès le 10 janvier 2018.

« Je jure de respecter la constitution et l’Etat de droit, de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge dans le strict respect de ses obligations de loyauté à l’égard du chef de l’Etat, de garder religieusement, même après la cessation de mes fonctions, la confidentialité des dossiers et des informations classés secret d’Etat et dont j’aurai eu connaissance dans l’exercice de celle-ci », tel est le serment prononcé par les 38 ministres du nouveau gouvernement.

La cérémonie d’aujourd’hui a été la première sortie à Libreville d’Ali Bongo depuis ses ennuis de santé.  

Après plus d’un mois d’hospitalisation à Riyad, Ali Bongo a été transféré début décembre à Rabat au Maroc pour passer sa convalescence. La présidence de la République et le gouvernement n’ont pas diffusé assez d’informations sur son état de santé, ce qui a laissé circuler plusieurs rumeurs dans le pays. Certains adversaires du chef de l’Etat ont clairement indiqué qu’il est mort et inhumé en terre Sainte. D’autres soutiennent qu’il est devenu comme un légume donc incapable de diriger le pays.

La dernière vidéo du président lisant un message de vœux à la nation le 31 décembre dernier a été jugée peu convaincante. Des militaires ont tenté de prendre le pouvoir par un putsch militaire le 7 janvier dernier affirmant que la vidéo du 31 décembre a démontré qu’Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon. Le putsch a vite échoué suite à un assaut des forces spéciales dans la maison de la Radio prise en otage par les putschistes.

L’on ne sait pas cependant si Ali Bongo est rentré définitivement au pays ou s’il retournera au Maroc pour la suite de sa rééducation.

 

Antoine Relaxe

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.