Filiation au sein de la famille Présidentielle : Karine Arissani tire une cartouche dans son camp

Ali Bongo Ondimba et ses enfants © K. Arissani

Karine Arissani, femme politique pro-pouvoir notamment élue municipale a, dans un post sur sa page Facebook tiré une cartouche qui éclabousse son propre camp dans l’histoire « nauséabonde » de la filiation au sein de la famille présidentielle.

 
« Cette histoire de filiation dans la famille Présidentielle, on s’en fout éperdument car nous avons d’autres priorités dans nos vies à régler et à gérer », lâche la fondatrice du mouvement « Soldats têtus » pour défendre le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba et sa politique.
« Hier, c’était celle du président de la République, Son Excellence #Ali #BONGO #ONDIMBA qui était remise en cause, aujourd’hui, c’est celle du fils, Nourredin BONGO VALENTIN, demain ce sera à qui le tour ? » s’interroge-t-elle.


« Quand tu fouilles bien ce ne sont pas les opposants qui sont derrière ce genre de débat mais plutôt les gens de notre propre camp », pointe l’activiste qui n’est pas à sa première accusation contre les proches du pouvoir.

Karine Arissani avait ramé contre-courant en dénonçant les dernières promotions au Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir depuis 1968). Elle avait dénoncé des nominations clientélistes ne tenant pas compte du degré d’engagement des militants promus dans la défense du pouvoir et la conservation des acquis.
« Sérieusement, le pays a des vrais problèmes à régler et les Gabonais ont d’ autres préoccupations plus importantes », a-t-elle estimé dans sa publication de mardi.
« À croire que la politique et les vrais problèmes qu’ ont les Gabonais dans leur quotidien au GABON ces derniers temps, ne tournent que sur la filiation, la dépénalisation et des débats qui ne règlent rien au niveau du quotidien des Gabonais. La pandémie du Coronavirus, comment le pays va s’ en sortir face à cette pandémie ? Des Gabonais ont perdu ou vont perdre des emplois à cause de cette pandémie , comment faire? Comment les Gabonais peuvent se faire dépister en province? Etc.. voici nos vrais problèmes« , selon l’activiste.
« Élevons le débat et Restons concentrés », conseille-t-elle.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.