Du rififi ce vendredi devant l’hôtel Radisson à Libreville

Des anciens employés de l’hôtel Re-Ndama ont annoncé mercredi qu’ils organisent vendredi matin un sit-in devant le complexe hôtelier Park Inn et Radisson Blu de Libreville où siège actuellement leur direction générale. Pas d’accord riposte la direction générale qui menace de faire intervenir les autorités compétentes pour faire sauter le piquet de grève.

La grève de ce vendredi sera organisée par SAHM et Syna Wali, deux syndicats des anciens salariés du Re-Ndama. Ces deux syndicats ont déposé le 25 mai un préavis de grève de 8 jours. Sans l’ouverture des négociations, les deux syndicats menaçaient d’entrer en grève en organisant un piquet de grève devant l’hôtel Park Inn et Radisson Blu.


Ces deux hôtels sont membres du groupe Wali, tout comme le Re-Ndama. Selon les syndicalistes, la direction générale du Re-Ndama siège dans les locaux du Radisson d’où le choix du Radisson pour le sit-in qui démarre vendredi. Il y a quelques mois les deux syndicats avaient déjà organisé un premier sit-in devant ces hôtels.

Dans sa réponse à ce préavis de grève, la Direction du Re-Ndama, dénonce un acte illicite. Le Radisson n’est pas le lieu de travail des probables grévistes, le piquet de grève pourrait entraver la liberté de travail des agents du Radisson et pourrait entrainer un trouble à l’ordre public.

Depuis avril 2020, les 159 agents du Re-Ndema ont cessé toute activité. Leur hôtel a été réquisitionné par l’Etat pour servir de site de confinement des personnes testées positives au Covid 19. Les anciens agents disent ne plus recevoir leurs salaires ainsi que les allocations familiales.

Les syndicalistes soupçonnent la direction d’être dans une collusion dangereuse avec les inspecteurs de travail mandatés pour régler leur litige.

La direction de l’hôtel résume l’ensemble des difficultés actuelles par le fait que l’hôtel, vétuste et fermé au public depuis plus d’un an manque de trésorerie.  

Le bras de fer est engagé depuis plusieurs mois est loin de prendre fin.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.