Detournement de 20 milliards au ministère du pétrole : Et si les coupables se trouvaient ailleurs ?

Le ministère du pétrole et des hydrocarbures à Libreville © DR

Libreville, 27 novembre (Gabonactu.com) – Le rapport 2018 de la cour des comptes faisant état d’un détournement de la mirobolante somme de 20 milliards de FCFA opéré par le ministère des mines, du pétrole et des hydrocarbures sur la base d’un « décret fantôme ».
L’affaire puante au ministère du pétrole et des hydrocarbures fait la Une des journaux depuis quelques joueurs. Le scandale financier semble mystérieux. Le récent rapport de la cour des comptes fait le constat d’irrégularités dans la gestion de la manne financière issue de produits pétroliers.
Le constat de la cour des comptes aux termes duquel le décret numéro 00518/PR du 06 août 2002 autorisant l’affectation de 5% des recettes minières et des produits pétroliers à la Présidence de la République pour régler les questions de la sécurité intérieure n’arait pas été publié et ne comporte pas toutes les signatures habilitées, notamment celle du ministère de finances. En outre, le rapport de la cour des comptes fait état de ce que les recettes recouvrées étaient déposées dans un compte (n°81009871011-02) ouvert dans les livres de la BGFI BANK.
Certaines indiscrétions qui dédouanent l’actuel ministre du pétrole et des hydrocarbures, Pascal Houangni Ambouroue posent quelques questions suivantes  à savoir : À qui incombe le contrôle de la conformité des actes soumis à la signature du Président de la République ?, Un décret régulièrement signé par le Président de la République et portant le numéro d’enregistrement est-il caduc du fait de l’absence de la signature d’un ministre ? En d’autres termes, la compétence du Président de la République est-elle liée à celle d’un ministre ?, Peut-on parler de gestion occulte des recettes minières et des produits pétroliers en présence d’un acte règlementaire autorisant l’affectation régulière des dites recettes ? Dans sa configuration actuelle, quel rôle le ministère du pétrole et des hydrocarbures joue-t-il dans le processus d’entrée en vigueur des actes législatifs et réglementaires ?


Antoine Relaxe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.