Crise à Pizolub : le curieux silence de Guy Christian Mavioga

Le DG de  Pizolub,  Guy Christian Mavioga  © D.R

Depuis quelques mois, voire un an, le Directeur général de Pizolub, Guy Christian Mavioga est l’objet des conversations des comptoirs et des réseaux sociaux pour une affaire de management approximatif de la société dont il tient les rênes depuis environ 18 mois. Chacun y va de son commentaire, pour accabler Mavioga sur la déliquescence d’une entreprise qu’il a réussi, dit-on, à relever malgré des contrecoups. Devenu une star des réseaux sociaux, l’homme réagi curieusement par le silence.

 Nommé directeur général de Pizolub il y a environ 18 mois, Guy-Christian Mavioga est depuis quelques temps, la vedette des réseaux sociaux et de la presse. Pour cause, l’entreprise qu’il a trouvé endetté, traverse une mauvaise passe avec à la clé, près de 7 mois de salaires impayés. Il lui est reproché d’être un manager approximatif.
Chacun y va d’ailleurs de son commentaire, pour accabler l’homme sur la déliquescence d’une entreprise qu’il a réussi, dit-on, à relever « malgré les coups de boutoir des partisans du moindre effort ». Et pourtant, sans une véritable assistance de l’Etat gabonais, Pizolub est en train de grossir.
Cependant, depuis cette cabale contre lui, Guy Christian Mavioga, que l’opinion connaît réactif et énergique chaque fois que son honorabilité est touchée, cultive le silence. Ce qui interpelle plus d’un d’autant plus qu’un Mavioga silencieux, ce n’est pas donné tous les jours !
Est-il sonné par tout ce qui est écrit actuellement contre lui ? Rien n’est moins sûr. Connaissant, Mavioga, cet homme qui a toujours revendiqué être « un enfant de Kinguélé » (célèbre bidonville de Libreville), a bien des arguments et du solide, pour déconstruire tout ce qui est distillé par ceux qui ont décidé de lui pourrir la vie. Sans pour autant présager de quoi que ce soit, croisons les doigts et attendons voir parce que l’homme a plus d’un tour dans sa poche.


Antoine Relaxe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.