Crise à la croix rouge gabonaise : les principes du mouvement sont bafoués, selon un volontaire

Le siège de la Crois rouge gabonaise  à Libreville ©  Gabonactu.com

Un volontaire de la Croix rouge gabonaise (CRG) qui a requis l’anonymat, a dans une sorte de tribune libre dénoncé la perte des principes caractérisant le fondement et e fonctionnement du mouvement humanitaire qui se trouve en suite de crise de leadership au Gabon depuis le départ il y a près d’un an de l’actuel Ministre de la Santé, Dr Guy Patrick Obiang Ndong. Lecture.

« Il règne un désordre actuellement au sein de la CRG, les principes du mouvement sont bafoués parce qu’une personne veut se hisser au sommet de l’institution quoi qu’il advienne. Ceux dont on indexe d’être manipulés en réalité ne défendaient pas un candidat mais plutôt la cause des volontaires dont les droits ont été bafoués parce qu’ils représentaient une menace pour le passage en force d’une candidate.


1) Comment comprendre que les membres du comité du haut-Ogooué dont le coordonnateur qui sont sur le terrain depuis et engagés dans la riposte contre la Covid-19 aient tout simplement été écartés de la liste des membres de ce comité ? Ceci rendu possible par la nomination au poste de président de ce comité de quelqu’un qui depuis plusieurs années ne participait pas à la vie du comité.

2) Comment expliquer le fait qu’un membre du comité des élections qui a participé à écarter les candidatures de certains volontaires qui pouvaient faire le contrepoids aux élections devienne candidat lui-même aujourd’hui ?

3) Comment comprendre que certains candidats n’aient pas reçu de lettre d’invitation à l’assemblée générale alors qu’ils sont candidats ?

Il y’a tout une liste d’éléments qui pousse certains volontaires à dénoncer cet état de fait.

La Ministre (je dirais le Ministère) dont on accuse d’ingérence dans les affaires de la CRG, avait tout simplement été saisie par des volontaires car quoi qu’on dise ce Ministère à un droit de regard sur la CRG car c’est par ce Ministère que la CRG obtient la subvention de l’État.

Le Ministère avait adressé une correspondance à la présidente par intérim avant l’assemblée générale pour une séance de travail suite à son interpellation par des volontaires. Malheureusement la présidente par intérim avait fait fi de cette correspondance. Elle a par la suite fait une descente personnelle au siège de la CRG pour demander de suspendre l’assemblée générale.

Le temps donnera raison à ceux qui dénoncent aujourd’hui ».

Gabonactu.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.