Concert des casseroles : SOS prisonniers condamne une vague d’arrestation qui n’honore pas le Gabon

L’Organisation non gouvernementale (ONG) SOS prisonniers Gabon a dans une déclaration publiée mardi dénoncé une vague d’arrestations liées au mouvement pacifique dit « concert des casseroles » à travers lequel les gabonais ont été invité à taper sur les casseroles pour protester contre les mesures restrictives prises par le gouvernement pour lutter contre le Covid-19.

« SOS Prisonniers Gabon condamne cette vague d’arrestations qui n’honore pas notre pays et exige l’arrêt des persécutions judiciaires et la libération immédiate de toutes les personnes arrêtées suite au mouvement des casseroles », peut-on lire sur la déclaration.


L’ONG cite particulièrement le cas de Philippe Arsène Owono interpellé le 27 février. En plus de lui, plusieurs autres jeunes auraient été interpellé et placés en garde à vue. A Moanda dans le sud est du Gabon, plusieurs jeunes sont placés sous mandat de dépôt.

Lundi le porte parole de la présidence de la République, Jessye Ella Ekogha a dit ne pas avoir des informations précises sur ces arrestations.

Les autorités judiciaires ne communiquent pas sur ce sujet. SOS Prisonniers Gabon exhorte le Procureur de la République à veiller scrupuleusement sur le « respect des dispositions des articles 56, 57, 58 et suivants du Code de procédure pénale (CPP) gabonais, car la garde à vue ne peut excéder 48h et peut être prorogée de 48h de plus sur autorisation du Procureur ».

L’ONG dirigé par Lionel Ella Engonga exige que tous les droits des personnes ainsi arrêtées soient scrupuleusement respectés.

Lancé via les réseaux sociaux, les mouvements des casseroles a été largement suivi par les populations qui ont tous les jours dès 20 heures et pendant plus de 10 minutes taper sur les casseroles. Le gouvernement a dénoncé des débordements, des jeunes qui ont violé le couvre feu en vigueur dès 18 heures, tenté de vandaliser des magasins et harcelé des policiers dont plusieurs seraient blessés.

Deux personnes ont été tuées à Libreville. Plusieurs blessés dont deux graves ont été enregistrés à Port-Gentil.

Marie Dorothée


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.