Canonnade au barreau de Libreville : le conseil d’Etat convoque les deux parties le 25 novembre

Le Conseil d’Etat organisera une audience non ouverte au public ce 25 novembre suite à la saisine de l’avocate Gisèle Eyue Bekalé ayant entrainé une canonnade fratricide entre l’avocate et le Bâtonnier de l’ordre des avocats du Gabon, Me Lubin Ntoutoume, a appris Gabonactu.com de source proche du dossier.

Alors que le bâtonnier s’apprêtait à boucler dans la quiétude les deux années de son premier mandat de deux ans renouvelable, l’affaire Gisèle Eyue Bekalé est devenue la principale ombre dans les rangs de cet ordre qui compte une centaine d’avocats.

Le 30 octobre, Me Gisèle Eyue Békalé a saisi le Conseil d’Etat par une requête de référé d’heure à heure aux fins de communication la Décision du Conseil d’Etat sur le report de l’assemblée générale élective au conseil de l’ordre et de la Décision du Conseil de l’Ordre statuant sur l’admission au stage. 

La saisine a mis le feu aux poudres car elle a entrainé l’annulation de la prestation de serment de 32 nouveaux avocats promus au petit tableau. La cérémonie était prévue le 6 novembre.

Lors d’une conférence le 13 novembre, le bâtonnier et quelques avocats présents dans la maison de l’avocat n’ont pas été tendre avec leur collègue Eyue Bekale.

Le 16 novembre, donnant la réponse du berger à la bergère, Gisèle Eyue Bekale a, depuis son cabinet du bord de mer, convoqué la presse pour vomir son venin contre ses paires. La guerre des chiffonniers s’est poursuivie dans la presse.

Si par bonheur, le Conseil d’Etat arrache un cessez-le-feu, la canonnade aurait malheureusement laissé des traces indélébiles.

Carl Nsitou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *