Saturation des morgues de Libreville : inhumations à titre d’indigent autorisées

Les patrons des trois principales morgues de Libreville se sont rendus lundi au cabinet de travail du ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha pour lui annoncer que toutes les morgues sont saturées des dépouilles abandonnées par les familles et solliciter l’inhumation de ces défunts à titre d’indigents pour faire plus de place aux victimes du Covid-19 dont le traitement est hyper délicat, indique un communiqué du ministère de l’Intérieur.

 « Afin de décongestionner ces établissements des pompes funèbres, le Procureur de la République près le Tribunal de Première instance de Libreville a ordonné une action publique à l’endroit de la Mairie, à l’effet d’inhumer de façon imminente plusieurs corps ayant séjourné longtemps dans les pompes funèbres, à titre d’indigents », averti le communiqué.

« Le covid-19 étant une pathologie non encore maîtrisée, il est à craindre une contamination en série avec la cohabitation entre les corps décédés du covid-19 et ceux décédés de mort naturelle ou d’une autre pathologie. Mais surtout du fait de leur manipulation par les agents des pompes funèbres et ceux des municipalités chargées du ramassage des cadavres non identifiés », précise le texte.

La rencontre chez M. Matha s’est déroulée notamment en présence des Maires de Libreville Léandre Nzue et d’Owendo Jeanne Mbagou, ainsi que des principaux responsables des Sociétés Gabonaise des Sépultures (GABOSEP) ; Compagnie Africaine des Sépultures du Gabon (CASEPGA) et la Société Africaine d’Assistance Funéraire (SAAF), Lambert-Noël Matha, Max Limoukou et E. Antonella Ndembet épouse Damas ont patiemment écouté les préoccupations des uns et des autres sur les différentes problématiques.

Vue partielle des patrons des pompes funèbres © Mini Intérieur

Les participants à la réunion ont recommandé le renforcement de la sécurité des personnels des pompes funèbres. « Il a été retenu de renforcer la sécurité de ces agents par la mise à disposition des Equipements de Protection Individuelle (EPI). Le principe de précaution ayant été recommandé pour tout instant », souligne le texte.

S’agissant du manque à gagner des pompes funèbres provoquées par le séjour prolongé dans leurs établissements de plusieurs corps au titre des indigents, le ministre Matha a demandé au collectif de ces maisons de faire le point au gouvernement de la République qui avisera.

Selon le communiqué, les Mairies et les Pompes Funèbres ont été encouragées à respecter scrupuleusement les procédures d’inhumation à titre d’indigent notamment en publiant au préalable cet acte dans un journal d’annonces légales.

Marie Dorothée

Suivez nous et Aimez nos pages
Suivez nous et Aimez nos pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email