Les avions de La Nationale cloués au sol pour un litige juridique

Photo © DR

Libreville, 29 novembre (Gabonactu.com) – Les avions de la compagnie aérienne Nationale régionale transport (NRT) plus connue sous son petit nom La Nationale sont cloués au sol pour un litige juridique opposant l’épouse du fondateur de la compagnie créée en 2005 aux nouveaux actionnaires, a appris Gabonactu.com de source bien informée.


Une décision de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC) serait à l’origine de l’arrêt de l’exploitation des deux aéronefs de type Embraer 120 appartenant à cette plus ancienne compagnie locale en activité.

Selon nos sources, l’ANAC a officiellement notifié à la compagnie sa décision de suspendre la licence d’exploitation et le certificat de transporteur aérien à La Nationale. Le régulateur de l’aviation civile gabonaise aurait pris cette mesure conservatoire suite aux querelles de leadership sinon judiciaires entre Mme Mouketou née Rosette Nkambissi Mboumbou et les nouveaux actionnaires de la compagnie.

Mme Mouketou née Rosette Nkambissi Mboumbou affirme avoir gagné son procès au tribunal de Libreville suite au délibéré du vendredi 23 novembre 2018. Munie de cette décision de justice, elle  effectué une descente au siège de la compagnie le samedi 24 novembre pour y installer un nouveau Directeur général en la personne de Serge Claude Delmotte.

L’équipe managériale en poste a « repoussé » l’assaut. C’était sans compter avec la pugnacité de Mme Mouketou, magistrate à la Cour des comptes, qui est revenue à la charge le 28 novembre dernier en compagnie d’un huissier de justice en la personne de Me Ntchoreret  accompagné de 4 agents de police.

Tout le staff a été déguerpi comme des malpropres y compris Juste Alain Mbouity, Directeur général reconnu auprès de l’ANAC comme DG mais surtout comme  « dirigent responsable » de la compagnie. Dans l’aviation civile, le titre de dirigeant responsable confère plusieurs droits à son titulaire auprès des autorités de la navigation aérienne. Cependant, en cas de problème, c’est la personne qui est civilement condamnable.

Suite à son expulsion manu militari, Juste Alain Mbouity aurait saisi l’ANAC pour dégager sa responsabilité. L’ANAC a automatiquement décidé de suspendre la licence et certificat de transporteur décerné à La Nationale. Cette mesure conservatoire pourrait durer plusieurs semaines voire des années, selon un fin connaisseur des méandre de l’aviation civile.

« Le conflit à La Nationale ressemble à celui qui a opposé les actionnaires d’Afric’Aviation aujourd’hui décédé », a estimé ce même connaisseur du transport aérien au Gabon.

En effet, selon un document obtenu par la rédaction de Gabonactu.com, le conflit est né depuis la création en 2001 par le très célèbre Mokhtar Mouketou Nehme d’une compagnie appelée National Airways Gabon (NAG). Cette dernière a cessé ses activités en 2005.

Dans la foulée, Mokhtar Mouketou Nehme crée la Nationale Régionale de Transport (NRT). Les actionnaires sont ses enfants et non son épouse.

En juillet 2017, la NRT SARL change d’actionnaires, mais Mme Mouketou n’en fait toujours pas partie. La NRT SARL devient une S.A. avec Conseil d’Administration. En novembre 2017, Mokhtar cède ses parts à deux autres co-actionnaires et quitte ainsi l’actionnariat de la société. Il décide de rentrer au Liban, son pays d’origine.

En juillet 2018, les actionnaires restant vendront leurs parts à des repreneurs gabonais, dont 2 franco-gabonais.

En 2017, Mme Mouketou, a estimé qu’elle aurait des droits dans la NRT. Elle demanda ainsi à l’entreprise le payement de 500 000 000 FCFA de dividendes en sa qualité d’actionnaire. L’ordonnance du Juge des référés du 25 août 2017 présidée par le Vice-Président du Tribunal de Première Instance de Libreville, M. Fulgence Ongama, avait déclaré irrecevable l’action intentée par cette dernière, vu qu’elle n’était pas actionnaire de la NRT.

Curieusement, l’ordonnance du Juge des Référés du 01 juin 2018, par requête datée du 10 août 2018 de Mme Mouketou, qui à nouveau réclame ‘’son’’ droit d’actionnaire à NRT, fut jugée, pour la seconde fois, recevable par le même juge, Fulgence Ongama, sans faits nouveaux.

Le 8 octobre 2018, Mme Mouketou organise une assemblée générale durant laquelle elle a démis de leurs fonctions les dirigeants actuels de la NRT, régulièrement nommés par le Conseil d’Administration et installés par le Directeur Général, Juste Alain Mbouity.

Le staff crie au scandale. Les actionnaires qui ont racheté les 85% des actions de M. Mouketou sont déboussolés. Les 120 salariés inquiets. Les passagers et fidèles de la compagnie connue pour ses tarifs les plus bas du marché oubliés sur le tarmac.

La Nationale bat de l’aile. Elle traverse une très grande et longue zone de turbulence qui risque de la clouer définitivement au sol.

Camille Boussoughou 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.