Affaire ONEP-Total Gabon : l’organisation syndicale menace de hausser le ton

Siège de l’ONEP à Port-Gentil@DR

Libreville, 25 octobre (Gabonactu.com) – Le bras de fer qui oppose la société Total Gabon à l’organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) ne semble pas proche de connaitre son épilogue. L’organisation syndicale menace de hausser le ton si jamais la situation n’évolue dans le sens qu’ils attendent.
Cette mise en garde s’adresse aussi bien à Total Gabon qu’au ministre du Travail et de l’Emploi, Julien Nkoghe Bekalé qui, depuis le 19 octobre dernier, a entrepris de mettre les parties en conflit sur la table des négociations en vue d’une sortie honorable de la crise, mais qui semble être boudée à la fin.
« En ignorant volontairement sa mission régalienne définie par l’article 230 du Code du Travail en vigueur, Monsieur le ministre en charge du Travail a choisi de prendre parti pour Total Gabon SA dans sa défiance de l’Etat de droit en République Gabonaise, et ce, au détriment de la protection des salariés du secteur pétrolier et activités connexes d’une part, et de la paix sociale chère à Monsieur le Premier ministre, chef du gouvernement et à Monsieur le Président de la République chef de l’Etat d’autre part », a tempêté le secrétaire général de l’ONEP, Sylvain Mayabi Binet.
En conséquence, estime-t-il, « le temps est arrivé de faire le point de la mobilisation générale du secteur pétrolier et activités connexes lancées le 1er octobre dernier et de traduire en actes les choix qui auront été majoritairement exprimés par les assemblées générales décisionnelles, si entretemps, la situation n’a pas évolué dans le sens attendu ».                           
En août dernier, Total Gabon a décidé de se séparer de 6 de ses cadres ayant participé à la grève observée par les agents au début du mois de juillet. Le parquet de Port-Gentil, saisit de l’affaire, a enjoint Total Gabon d’annuler sa procédure à l’encontre des 6 employés
Malheureusement, Total Gabon ne veut pas s’y faire. Elle a même refusé de se conformer aux rapports du Directeur provincial du Travail et de l’Inspecteur spécial du Travail chargé du secteur pétrolier, en date du 13 octobre.
Les positions se crispent et font peser une atmosphère pâle qui pourrait être révélatrice de fortes tensions dans les qui viennent.
 


Précieux Koumba


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.