Lettre ouverte puante  de Norbert Epandja à Pierre Claver Maganga Moussavou

Originaire du Haut Ogooué, l’opposant Norbert Epandja condamne les propos antirépublicains de Pierre Claver Maganga Moussavou © D.R

L’ancien artiste musicien, Norbert Epandja, devenu farouche opposant au régime d’Ali Bongo, a dans une lettre ouverte puante, dénoncé les propos rétrogrades et antirépublicains  de  l’ancien Vice-Président de la République, Pierre Claver Maganga Moussavou qui aurait accusé la province du Haut Ogooué, située au sud-est du pays, d’être à l’origine du blocage quant à l’alternance au sommet de l’Etat gabonais.   

Ci-dessous, l’intégralité de sa lettre ouverte.


« A Monsieur Pierre Claver MAGANGA MOUSSAVOU

Ancien Ministre, ancien Vice-président de la République

Monsieur le Vice-président,

Ce n’est pas le Haut-Ogooué qui dirige le Gabon, mais le régime BONGO-PDG, au sein duquel vous occupez de hautes fonctions, de père en fils.

En effet, vous avez été plusieurs fois ministre, à l’époque d’Omar BONGO, et Vice-président de la République d’Ali BONGO. Quant à votre fils, Biendi MAGANGA MOUSSAVOU, il est actuellement ministre de l’Agriculture. Vous faites donc partie des fossoyeurs de notre pays, des gens qui ont mis le Gabon au sol et bloquent toute alternance démocratique au sommet de l’Etat, à cause de leur nomadisme politique motivé par la cupidité et la protection des intérêts personnels.

Ce n’est pas en instrumentalisant et stigmatisant le Haut-Ogooué que vous parviendrez à vous tailler une nouvelle peau, pour espérer occuper d’autres fonctions juteuses au sein d’un nouveau régime à venir, pour continuer à jouir des privilèges. Le serpent, a beau changé de peau, il reste un serpent.

Vous dites, je cite : « celui qui prendra le pouvoir ne doit pas se venger sur les altoovéens… ». Qu’est-ce que les pauvres altogovéens ont-ils avoir avec le régime BONGO-PDG qui gouverne le Gabon depuis 1957 ? Qui avez-vous entendu dire que s’il prend le pouvoir il va se venger sur le Haut-Ogooué ? Vos paroles sonnent à mon oreille comme un épouvantail qui vise à inciter subtilement les BONGO à se maintenir au pouvoir, si ce n’est une manœuvre destinée à disculper la famille BONGO et le PDG pour mettre la mort du Gabon sur le dos du Haut-Ogooué et du peuple altogovéen.

Je ne peux donc croire aux paroles mielleuses de Monsieur Pierre Claver MAGANGA MOUSSAVOU, qui se dit « opposant » et qui n’a jamais effectué une seule tournée politique dans le Haut-Ogooué, à l’instar de Paul MBA ABESSOLE, Pierre MAMBOUDOU (que Dieu ait son âme) et, tout dernièrement, Alexandre Barro CHAMBRIER, Président du RPM (opposition patriotique).

Ces trois personnalités politiques ne sont pas originaires du Haut-Ogooué, pourtant leur tournées dans cette province avaient été couronnées de succès, surtout celle du Patriote Alexandre BARRO CHAMBRIER au mois d’août 2021,              nonobstant les manœuvres antidémocratiques et fortuites du pouvoir BONGO-PDG qui continue de se nourrir du rêve utopique d’une gouvernance sempiternelle du Gabon.

Monsieur le Vice-président Pierre Claver MAGANGA MOUSSAVOU, aucun gabonais n’ignore que vous êtes un soutien inconditionnel du régime BONGO-PDG qui a fait votre fortune et la protège. Vous n’avez donc pas intérêt à voir ledit régime tomber.

Mais si vous aimez le Haut-Ogooué et avez un souci réel pour les altogovéens, je vous suggère de faire comme Paul MBA ABESSOLE, Pierre MAMBOUDOU et Alexandre BARRO CHAMBRIER et vous serez surpris de constater que la soif d’alternance, dans cette province du Haut-Ogooué, est encore plus intense que nulle part ailleurs.

Pour terminer, si vous êtes un homme honnête (je n’en doute point), Monsieur Pierre Claver MAGANGA MOUSSAVOU, et si vous voulez réellement sauver le Haut-Ogooué de la vengeance du futur nouvel occupant du palais du bord de mer, je vous exhorte, vous, qui êtes  resté plusieurs décennies aux cotés d’Omar BONGO et Ali, à dresser et publier, à l’intention du peuple gabonais, la liste des personnes et des familles ayant bénéficié du régime BONGO-PDG, province par province.

Ceci aura l’avantage de nous édifier sur qui a réellement bénéficié du régime BONGO-PDG, afin de clore ce débat une bonne fois pour toute. Car imputer au Haut-Ogooué la mort du Gabon, parce que quelques altogovvéens privilégiés occupent des postes stratégiques ou juteux dans l’administration et les finances, me parait à la fois irresponsable et très léger.

Norbert Epandja »

Gabonactu.com


One thought on “Lettre ouverte puante  de Norbert Epandja à Pierre Claver Maganga Moussavou

  1. Alerte à la supercherie politique !!!

    – Après les propos du Président des Gaulois, Mr Max Anicet Koumba contre la communauté Fang ;
    – Des propos de Mr Paul Biyoghé MBA contre la communauté Nzebi ;
    – Des propos de Mr Maganga Moussavou contre la communauté Altogovéenne.
    Je découvre comme bon nombre de gabonais que Mr Norbert Epandja s’est érigé en défenseur de la communauté Altogovéenne en entendant un énième arbitrage du PDG.

    D’abord, en réponse au dernier cité, je m’interroge : Qu’est ce que Mr Norbert Epandja a pour indexer Mr Maganga Moussavou en le traitant de Bongo-Pédégiste qu’il ne l’est pas lui-même ?

    En effet, pour avoir côtoyer le personnage, je peux dire que s’il n’a supposé jamais été membre permanent du Bureau politique du PDG ou membre par acte d’adhésion, ce dernier est autant Bongoïste que son accusé.
    Je m’explique : Le Bongoïste-PDG n’est pas que ce qu’il dénonce dans sa missive, c’est aussi une forme de pensée, d’agir ou de réagir.

    Rappelez vous que la troisième personne fondatrice à ce Parti fût en charge de la propagande et de la pensée du système.
    Savoir comment et jusqu’où cette propagande s’est installée.
    En clair, je vais du postulat selon lequel « tout gabonais est un pédégiste qui s’ignore ». Postulat que j’approuve de manière circonstantielle.
    Revenons à Mr Epandja, je voudrais dire que le Pédégisme, c’est aussi pensé à la préservation des privilèges au détriment de l’égalité de tous les gabonais et de la réelle méritocratie.
    Je reste grandement étonner de cette sortie médiatique ciblée et je pose la question : À quoi aspire réellement cette énième diversion politique des satellites du système BONGO-PDG ? C’est quoi le deal ? Parce que les gabonais comme moi on mauvais oeil à se faire attirer dans une nouvelle mascarade.
    Je cité l’adage : « Dis-moi avec qui tu marches, je te dirais qui tu es. »
    Mr Epandja, qui sont tes amis de ces dernières heures, sinon ceux qui le sont actuellement ?

    Enfin, on se rend compte qu’à trop vouloir se justifier, on finit par se faire soupçonner.

    Pour entamer l’idée de la mascarade en vue, je constate qu’à l’approche des échéances électorales, chacun de ces hommes politiques se constitue en avocat d’une forme de pensée diffuse et muette de quelques personnes dans le population : Vive la division !!!

    Qui seront les vainqueurs ?
    Ne vous étonnez pas de voir que ce soient les mêmes personnes qui étaient à la mangeoire hier et qui, à tous prix, doivent toujours bénéficier des privilèges.
    Le débat reste ouvert pour dénoncer ces personnes qui ont toujours eu des privilèges surdimensionnés au détriment de l’égalité et de l’équité de tous les gabonais.
    J’appelle donc, en tant que citoyen, à la vigilance car « les sorciers » que dénoncent notre hymne national (La concorde) sont à nouveau à la manœuvre.
    J’appelle à faire les Fang, les Nzebi, les Altogovéenne et tous les autres groupes qui composent notre pays à la réserve et à rejeter le jeu politique machiavélique qui se met en place par ceux qui ont été vomis pour leurs trahisons et pour leurs éventuelles trahisons à la nation gabonaise.

    Je suis Moulenda Régis, un citoyen qui en a marre de la politique actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.