mp3 indir - Escort Lyon - Pornofilme

PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

4 policiers copieusement bastonnés par des militaires à Libreville

4 policiers copieusement bastonnés par des militaires à Libreville

Quatre policiers en faction le 28 mars dernier au poste de contrôle du lycée Paul Indjendjé Goundjout (ex- lycée ’Etat de l’Estuaire)  dans le premier arrondissement de Libreville, ont été copieusement bastonnés par une unité des militaires (béret rouge) du camp Aïssa en patrouille. Et pour cause, les militaires sont venus à la rescousse  de leur « classe » (collègue) qui était entrain d’être molesté par des policiers. Les OPJ soupçonnaient le militaire de ne pas respecté le couvre-feu décrété par le président Ali Bongo le 21 mars dernier  pour lutter contre la propagation du Covid-19 au Gabon.

Les faits : le militaire dont le nom n’a pas été révélé est cuisinier  dans l’armée. Il sortait de son service à 23 heures après une dure journée de travail à la base dite : « Lala » située au nord de Libreville. Par manque de moyen de transport à cause du couvre-feu, le soldat était obligé de marcher pour regagner sa maison. Malgré les explications données à ses frères d’armes, les policiers n’ont rien voulu savoir, prétextant que  ce dernier a fait fi de la mesure  du confinement pour se  balader la nuit à sa guise. Le militaire aura donc du mal à convaincre ses interlocuteurs.

De sources autorisées, des explications ont laissé soudainement place à une violente dispute ayant entrainé  la bagarre. Les quatre policiers auraient roué les coups au militaire. Il n’aura pas pu à lui seul contenir la fureur de ces derniers. Le soldat a eu la vie sauve grâce à l’intervention de ses « classes » qui étaient en patrouille de routine.  Arrivés sur le lieu de la bagarre,  les militaires ont tout de suite reconnu leur collègue qui était presque amoché. La forte réaction des bérets rouges ne s’est fait attendre.


Les militaires ont à leur tour tabassé  les policiers. Bilan de cette bagarre des chiffonniers, les quatre policiers actuellement hospitalisés  auraient eu des côtes cassées.  Mais leur pronostic vital ne serait pas engagé.

La situation a provoqué une réunion d’urgence au sommet de l’Etat lundi. Les ministres de la défense et de l’intérieur  ont convoqué tous les chefs de corps tant du coté  de l’armée que des forces de l’ordre pour plancher sur la question sensible.

Les rixes entre les hommes armés au Gabon sont légions.

Camille Boussoughou

Suivez nous et Aimez nos pages

Related posts

5 Comments

  1. MMH-M

    Aucun exemple pour les citoyens, aucune morale, aucun bon sens, la vrai nature des animaux pensants révélée, recrutement hasardeux au gabon, va à l’armée qui a les parents ou qui peut mieux ramasser la / les clef(s), aucuns critères(casier judiciaire…..) de sélection, scène semblable ou comparable à une bagarre de chiens(instinct animal), c’est mieux ainsi quand ça explose entre les corps habillés. J’ai toujours eu peur d’aller à l’armée pour éviter que mon cerveau ne soit formaté car j’ai l’impression que c’est ce qui se passe au Gabon, voici une preuve de plus, aucun dialogue, zéro tolérance et aucune patience dans le comportement de ceux qui doivent être au service de la nation(population)…..Le Gabon entier est à reconfigurer, il ya beaucoup à refaire. Merci pour le bon exemple cher frère d’arme, votre message est bien reçu, beaucoup d’enjeux dans votre conception et votre application du confinement. Pas assez d’espace pour que je m’exprime ou que je développe bien comme je veux. L’école est bien, ce n’est pas seulement bon pour travailler ou pour avoir de l’argent mais pour le bien de la société toute entière……Merci!

    Reply
  2. Aimé-pierre

    C’est très bien,je suis personnellement très ravis de ce que ces policiers aient reçu, copieusement,ce qu’ils méritent et pour cause,c’est ce que les populations vivent chaques jours avec ceux qui sont sensés protéger hommes,femmes, enfants ne laissant aucune chance a ces derniers de s’expliquer,ils molestent,tabassent,torturent,sans foi,nu lois, aussi bien les coupables,que les innocents, ce qui est dommage,c’est que lorsque cela se produit contre un civil innocent,il n’y a personne pour le défendre,le pauvre n’as d’autres choix que de le faire lui même s’il en a la capacité,je pense encore a l’affaire du compatriote champion de boxe et kikboxing molesté par des policiers dans un bar bref, laissons le serpent mourir de sont Propre venin

    Reply
  3. Salvador

    Pourquoi vous devez toujours mettre des conneries quand on ne connais pas ce qui s’est passé on pose des questions aux concernés au lieu d’écrire de n’importe quoi merci

    Reply
  4. ENDUNDU

    Qu’ont ils fait du code de bonne conduite en vigueur au sein des Forces de Défense et de Sécurité. Leurs vrais ennemis sont ailleurs, pas entre eux, bon sang !!!!

    Reply
  5. TATEMBE Brian

    Gabon actu avant d’envoyer vos publications insensés là allez prendre les informations avec des sources sûres… Toute cette histoire n’est que du pur mensonge ce n’est pas du tout ainsi que les faits de sont déroulés. Et ce sont des histoires comme ça que vous racontez aux gabonais pour agiter les populations dans leur commentaire…

    Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
escort mersin konya escort mersin bayan escort mersin escort canlı tv izle erotik film izle