Un homme retrouvé ivre dans un cimetière après avoir avalé les boissons alcoolisées déposées sur les tombes à l’occasion de la fête des morts

Un homme a été retrouvé ivre et lourdement endormi dans le cimetière d’Ingoumie (Owendo, commune voisine de Libreville) après avoir avalé les boissons alcoolisées déposées par les familles sur les tombes le 1er novembre consacré au Gabon au nettoyage des tombes suivi du dépôt de nourriture et de boissons préférés par les défunts de leur vivant.

Albert Moussavou Mbadinga, la trentaine révolue, a été retrouvé complètement ivre et endormi au milieu des tombes après avoir consommé les boissons alcoolisées laissées par les familles venues nettoyer les sépultures de leurs proches décédés.


Après le départ des familles venues au cimetière le jour de la Toussaint, le dénommé Albert Moussavou Mbadinga se serait, d’après les gardiens du cimetière, introduit à son tour dans le quartier des morts et aurait fait le tour de chaque tombe afin de prendre et boire les vins, bières ou encore liqueurs laissés par les familles des défunts qui ont été enterrés au cimetière d’Ingoumié.

Interrogé à son réveil après son coma éthylique provoqué par la consommation des boissons offertes aux défunts par leurs parents, l’homme s’est défendu en prétendant qu’il ne pouvait pas laisser autant de boissons alcoolisées se gaspiller étant donné que les morts ne viendront jamais boire ces alcools.

Au Gabon en effet, le 1er novembre, jour de la Toussaint, c’est-à-dire fête de tous les saints est malheureusement célébré comme le jour de la fête des morts. Pour la circonstance, les familles se déportent dans les cimetières pour nettoyer, apporter à boire, à manger et même la cigarette si le défunt était fumeur.

Certaines veuves dressent parfois la table comme si le défunt reviendrait s’installer à table comme par le passé pour savourer les mets qu’il affectionnait. La pratique commence cependant à perdre de sa superbe mais demeure un rite sacré pour les personnes d’un certain âge.   

Source : Antoine Relaxe & Général Cardinal Pambou (Mouila ma ville, ma vie)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.