Un cambrioleur pourchasse sa victime à l’aide d’une machette à Libreville

Un cambrioleur, surpris en pleine action, a pourchassé, sa victime propriétaire de la maison à l’aide d’une machette dans un quartier de Libreville.

La scène invraisemblable a eu lieu il y a quelques jours à Atsibe-Tsos, un quartier populeux, situé dans le 2ème arrondissement de Libreville. Alors que M. Z dormait à point fermé avec toute sa famille, le cambrioleur, probablement un professionnel s’est introduit dans la maison.

Le malfaiteur s’est senti comme chez lui. Il a ouvert la porte centrale de la maison avant de commencer à parquer les appareils qu’il avait déjà ciblé. Il s’agissait notamment du réfrigérateur, écran plasma, téléphones portables et autres objets de valeur.


Pendant ce temps, la femme (A.H) a réveillé son mari pour lui dire : «  chéri, je sens la présence d’une personne dans la maison ». Le mari visiblement fatigué s’est levé malgré lui, pour une petite inspection dans les chambres des enfants et le salon.

Avec un air de sommeil, le propriétaire de la maison n’en revenait pas. La porte centrale de sa maison était grandement ouverte. En voulant faire le tour de son habitation pour savoir qu’est ce qui n’allait pas, sieur M. Z a été surpris par un coup de machette venant de son dos. Dieu merci, il n’a pas été touché. Il l’a évité de justesse.

En criant voleur, le cambrioleur n’a presque pas eu peur. Bien au contraire, il voulait en finir avec sa victime. Troublé par cette virulence du cambrioleur, le propriétaire de la maison était obligé de décamper de sa maison. Pendant qu’il fuyait, le voleur était derrière lui avec la machette. Heureusement qu’il a avait réussi de feinter son bourreau.

Alertés par les cris de détresse, les voisins ont accouru. Le présumé bandit de grand chemin a eu juste eu le temps de prendre la poudre d’escampette. Il n’a pas pu emporter le matériel déjà parqué.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.