Les syndicats révoltés optent pour le bras de fer

 
Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – La décision du ministère de l’Intérieur d’interdire toutes les activités de la Convention nationale des syndicats du système éducatif (CONASYSED) a provoqué colère et réprobation des principaux syndicats du pays qui affirment leur détermination de poursuivre leur grève.
 
« Nous n’accepterons jamais cette décision inique qui viole les libertés syndicales », a pesté Simon Ndong Edzo, Délégué général de la CONASYSED qui a dénoncé une volonté de « nous fermer le bec ».
 
Leader syndical à la barbe danse qui rappelle le marxisme-léninisme, Simon Ndong Edzo, a soutenu dans une déclaration face à la presse que « La loi 18/92 du 18 mai 1993 fixant les conditions de constitution et de fonctionnement des organisations syndicales des agents de l’Etat, en son article 10 qui dispose : les syndicats des agents de l’Etat se forment et se dissolvent librement conformément à leurs statuts ».
 
« La coupure des salaires, les menaces de radiation et maintenant l’interdiction d’exercer ne mettront pas fin à la grève puisque nous n’avons pas négocié comme nous le souhaitons », a souligné avec détermination M. Ndong Edzo.
 
Dimanche, c’est Dynamique unitaire (DU) une autre centrale syndicale qui regroupe plusieurs syndicats de la fonction publique qui est montée au créneau.

Jean Remy Yama met le gouvernement sous pression @ Gabonactu.com

« La confédération syndicale Dynamique unitaire apporte son soutien totale et sans faille à la CONASYSED et sera toujours à ses côtés pour mener toutes les actions qui consisteront à défendre l’Etat de droit, la démocratie et la justice dans notre pays », a déclaré devant la presse, Jean Remy Yama, président de la DU.
 
La DU a appelé tous les syndicats gabonais à faire agir la solidarité syndicale en suspendant toute négociation avec le pouvoir tant que l’interdiction de la CONASYSED n’est pas levée.
 
« Dynamique unitaire saisira dès lundi 20 mars 2017, toutes les juridictions compétentes en la matière, mais aussi toutes les organisations de défense de la démocratie et des droits de l’homme au Gabon et à l’international, ainsi que le Bureau international du travail (BIT). Dynamique unitaire demandera des sanctions contre les autorités Gabonaises pour toutes ces violations », a averti la DU.
 
La CONASYSED et la DU ont appelé leurs militants à se rendre à Awendje ce lundi pour une réflexion sur la suite à réserver à la décision du gouvernement.
 
Les enseignants réclament leurs primes de supervision, surveillance et correction des examens d’Etat, la Prime d’incitation à la performance (PIP) du 3ème trimestre 2015, les rappels de solde, la construction des salles de classe et des tables-bancs.
 
Etranglé par la crise économique, l’Etat a soutenu qu’il ne dispose pas de moyens nécessaires pour payer toutes ces primes sous la contrainte.
 
Face à la détermination de la CONASYSED, le gouvernement a décidé de suspendre les salaires de 807 enseignants et menace de suspendre à nouveau les salaires des grévistes ce 25 mars.
 
La sortie de crise tant prônée par divers acteurs du secteur devient assez compliquée.

Carl Nsitou



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.