Résolution des revendications des employés de SOGATRA : la mise en garde les syndicats

Les leaders syndicaux  de SOGATRA au terme des longues négociations avec le gouvernement © Gabonactu.com

Les cinq syndicats de la Société gabonaise de transport (SOGATRA) qui ont suspendu leur longue grève (1 mois) ont unanimement convenu au terme d’une assemblée générale convoquée il y a quelques jours pour la reprise d’activités, que si le gouvernement ne respecte pas le chronogramme mis en place d’accord-parties pour résoudre progressivement les revendications des employés, une grève générale illimitée sera à nouveau enclenchée sans préavis.

« Si la feuille de route qui aura été mise en place n’est pas respectée, pour nous, il ne sera plus question d’un préavis de grève, nous allons tout simplement convoquer une assemblée générale d’entrée de grève », a prévenu Cyrille Gaston Ndoudi Ledoumou, Secrétaire général du Syndicat national des agents administratifs techniciens et conducteurs (SYNAATEC).


Les cinq syndicats que compte l’entreprise sont notamment, la SYNAATEC, la SYCOTEC, la SYNATRATE, la SETRASOG et la SYATRATE. Ils ont jugé judicieux de suspendre le mouvement de grève le 25 février dernier, au regard des avancées enregistrées dans les discussions avec les pouvoirs publics. Les employés ont obtenu le paiement de 2 mois d’arriérés de salaires sur les 10. Un échéancier a été établit pour apurer ces arriérés tous les deux mois.

Au terme des négociation avec le Ministère des Transports et  la Direction générale, il a été décidé également de supprimer la décote et le  règlement des situation de la CNSS.

Les syndicalistes souhaitent que le dialogue établi se poursuive étant donné qu’il y a encore les arriérés de 2018 et 2019 à payer. L’ensemble des agents ont seul vœu, que le ministre continue dans cet élan, « parce qu’il a prouvé qu’il a de la poigne, qu’il a la capacité de régler nos problèmes ».

Pour Cyrille Gaston Ndoudi Ledoumou, « nous lui donnons toute notre confiance pour qu’il y ait la régularité des paiements. Pour qu’on ne puisse plus retomber dans les mêmes travers, avec les arriérés de salaire qui entraînent des grèves. Et ces grèves n’honorent pas le gouvernement, n’honorent pas la Direction générale, ni les agents que nous sommes ».

Les partenaires sociaux veulent aussi que le parc automobile  de l’entreprise de transport public qui est vieillissant depuis  5 ans soit renouvelé.

Ghislain Mboumba


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.