« Quand on insulte d’autres ethnies on ne les arrête pas et là on en fait une affaire d’Etat pour rien du tout » (Jean Boniface Assélé)

Le Président du Conseil politique du Centre des libéraux réformateurs (CLR, majorité), Jean Boniface Assélé s’est indigné dans une émission spéciale diffusée sur sa radio privée ‘’Génération Nouvelle’’, par rapport à l’instrumentalisation faite autour de l’affaire Max Anicet Koumba qui avait  récemment stigmatisé le groupe ethnolinguistique ‘’Fang’’.  

« Quand on insulte d’autres ethnies on ne les arrête pas et là on en fait une affaire d’Etat pour rien du tout », a déploré M.  Assélé, ironisant par la suite que les « Batékés sont souvent insultés » sans que  s’en émeuve personne.

« Vraiment j’ai l’impression que les gens manquent maintenant l’esprit d’initiatives, ils n’ont plus rien du tout », a-t-il renchéri tout en rigolant que « ma femme est fang et  je l’aime ».


Pour  l’oncle du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, connu pour son franc parler, « nous sommes là pour nous réconcilier, pour essayer d’être ensemble pour gérer ce pays correctement et pour donner le bien être que nous voulons donner au peuple gabonais ».

Durant une  session ordinaire du Conseil national de la démocratie (CND) tenue le 28 octobre dernier, Max Anicet Koumba, président du Rassemblement des Gaulois, un parti de la Majorité présidentielle, a dans sa puante allocution déclarée en substance que « le Gabon est bloqué par l’imposture des Pahouin (ethnie fang) et le tribalisme ».

Ces propos « antirépublicains » lui ont valu la suspension par le gouvernement  de toute activité politique sur l’ensemble du pays.

Sydney IVEMBI


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.