Présidentielle 2023 au Gabon : un pasteur se porte candidat pour mettre fin au pillage effréné des richesses et aux crimes rituels

Le Dr Révérend Désiré Mounanga durant sa conférence de presse le 18 juin à Libreville  © Gabonactu.com

Le Dr Révérend Désiré Mounanga, un pasteur vivant au Canada a déclaré samedi dans une conférence de presse à Libreville, sa candidature à l’élection présidentielle prévue en 2023 au Gabon, pour, dit-il, mettre fin au pillage effréné des richesses et des crimes rituels qui gangrènent le Gabon, ceci à  travers un programme politique qu’il mettra en place baptisé : Nouvel ordre national (NON).

« Le non c’est le refus de toutes les injustices sociales, le non c’est le refus de brader nos richesses, le non c’est le refus de laisser n’importe qui venir nous imposer sa loi », a soutenu M. Mounanga, déclarant par la suite sa candidature « d’espoir » pour le peuple gabonais tourmenté.


Pour lui, « nous allons mettre fin à cette  démocratie de terreur et cette politique d’intimidations » qui freinent le développement du Gabon, 60 ans après son indépendance.

Loin d’être « envoyé par Dieu », comme le pasteur Bruno Ngoussi en 2009, le Révérend Désiré Mounanga qui a pour slogan : « nous sommes le Gabon et le pouvoir c’est nous », se dit être motivé par le souci de sauver le Gabon devenu le « marchepied de plusieurs peuples, de plusieurs nations ».

Durant sa sortie médiatique, l’universitaire religieux a appelé le peuple gabonais à « vaincre la peur » pour faire face à l’adversité. Il est soutenu par plusieurs organisations de la société civile et mouvements politiques dont il dévoilera le moment venu  les identités.

Aussi, a-t-il  invité le peuple gabonais à se faire inscrire massivement sur la liste électorale avant de solliciter à chaque gabonais une contribution de 5000 FCFA pour marquer son engagement à changer le système qui selon lui clochardise en permanence le peuple gabonais.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.