Pourquoi Coca Cola retire ses licences en Afrique ?

Après le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, c’est au tour du Gabon de se séparer de son partenaire historique The Coca cola compagny (TCCC), le propriétaire des boissons de marque Coca cola, Fanta, Sprite et Schweppes.

Au Gabon la SOBRAGA qui produit ces boissons a annoncé avoir décidé conjointement avec son partenaire américain de cesser de produire ces boissons dès le 30 juin donc dans moins de 2 mois.


Ce délai est le même au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. Dans ces 3 pays, les boissons de marque Coca cola, Fanta, Sprite et Schweppes sont produits par le groupe français Castel.

Rupture

Le géant américain aurait décidé de punir le groupe Castel parce que celui-ci aurait décidé de développer ses propres marques de boissons devenues des concurrentes directes de Coca cola.

D’ailleurs le communiqué de SOBRAGA semble créditer cette hypothèse : « les brasseries du Gabon renouvellent ainsi leur engagement de proposer aux consommateurs gabonais des gammes toujours plus variées de boissons de qualité fabriquées par et pour les gabonais en prenant en compte les problématiques locales de santé publique, de pouvoir d’achat et d’impact environnemental ».

Plus loin le brasseur gabonais promet aux consommateurs gabonais qu’elle va « continuer d’innover en développant ses gammes de produits mais aussi en veillant à proposer des boissons moins sucrées, en promouvant des emballages en verre consignés plus respectueux de l’environnement et en poursuivant son engagement sociétal auprès des populations ».

Bienvenu au Coca, Fanta, Sprite et Schweppes importés ?

Le Coca cola va-t-il totalement disparaitre du marché gabonais après le dernier stock sorti des usines de SOBRAGA le 30 juin ? Le Gabon se réduira-t-il ou laissera-t-il prospérer les importations au détriment de la main d’œuvre et l’industrie locale ?

Les questions restent posées et deviennent un dilemme, un casse-tête chinois pour le gouvernement qui prône le plein emploi.

Antoine Relaxe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.