Plaidoyer pour la création d’un service d’hémophilie au CHUL

Les spécialistes participant durant plusieurs jours à l’enseignement post universitaire -sur l’hémophilie et la maladie de wilbrand dispensé dans le cadre de la mission des membres de l’Alliance franco africaine pour le traitement de l’hémophilie (l’AFATH), ont recommandé la  création d’un service d’hémophilie au Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL).

Il a également été préconisé le déploiement d’actions portant notamment sur la sensibilisation et l’éducation thérapeutique; ainsi que la formation et le renforcement des capacités des personnels de santé pour une meilleure prise en charge des pathologies liées aux hémorragies spontanées ou inexpliquées.

L’hémophilie dont la cause est un trouble de la coagulation est une maladie héréditaire qui se signale dès la naissance.


Les symptômes sont généralement des saignements excessifs et prolongés qui peuvent prendre la forme des saignements des gencives, des hémorragies digestives (présence de sang dans les selles), cérébrales et musculaires; ou encore des menstrues très prolongées et abondantes.

La maladie est très peu connue au Gabon, en raison d’une insuffisance d’informations et de connaissances. La prévalence est officiellement assez faible, avec près de vingt-cinq (25) patients diagnostiqués et suivis au Chul. Pour l’heure, les traitements se font uniquement par voie intraveineuse.

Mais le pays pourraient désormais bénéficier de nouveaux traitements par voie sous cutanée, grâce notamment à l’aide du Fonds mondial pour l’hémophilie (FMH), a indiqué le Pr Philippe De Mooerlose, responsable du pôle médical de l’Association française des hémophiles (l’AFH).

Source : Chul


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.