Patrick Assoumou Eyi, premier entraîneur de football au Gabon, accusé d’avoir violé des garçons

Des allégations ont été portées contre Patrick Assoumou Eyi, ancien entraîneur de l’équipe gabonaise des moins de 17 ans et désormais directeur technique de la première ligue du pays.

Des allégations ont été portées contre Patrick Assoumou Eyi, ancien entraîneur de l’équipe gabonaise des moins de 17 ans et désormais directeur technique de la première ligue du pays.


Un entraîneur de longue date au Gabon fait face à des allégations selon lesquelles il aurait violé, soigné et exploité de jeunes joueurs, peut révéler le Guardian.

Les victimes présumées affirment que Patrick Assoumou Eyi – connu sous le nom de « Capello » – a abusé de garçons dans son ancien rôle d’entraîneur-chef de l’équipe gabonaise des moins de 17 ans et dans son rôle actuel de directeur technique de la Ligue de l’Estuaire, la plus haute ligue du pays. Un ancien joueur qui a été entraîné par Eyi a déclaré que l’entraîneur attirerait les victimes présumées chez lui, qu’il a appelé le « jardin d’Eden ».

Certaines victimes ont allégué qu’Eyi avait également fourni des garçons à d’autres personnalités du football pour les abuser.

La Fifa et une agence des Nations Unies prévoient un réseau mondial pour lutter contre les abus sexuels dans le sport

Eyi a quitté son poste avec les équipes de jeunes du pays en 2017, mais continue de travailler avec de jeunes joueurs de la Ligue de l’Estuaire. Il n’a pas répondu directement aux questions du Guardian sur les allégations.

Un ancien responsable de la Fegafoot, la fédération gabonaise de football, a affirmé qu’il avait tenté de faire part de ses préoccupations concernant des allégations d’abus sexuels concernant Eyi lors d’une réunion du conseil d’administration en 2019 et avait été démis de ses fonctions en conséquence. Fegafoot nie cette affirmation.

Les victimes présumées disent qu’elles n’ont pas contacté la police au Gabon parce qu’elles n’ont pas confiance dans la justice.

Une plainte concernant les allégations d’abus sexuels a été déposée auprès de la Fifa par le syndicat international des joueurs, Fifpro . Le syndicat s’est dit profondément préoccupé par ces allégations. «Nos enquêtes préliminaires ont donné des preuves cohérentes de témoins crédibles qui parlent tous d’une pratique continue et bien ancrée consistant à forcer les jeunes joueurs à avoir des relations sexuelles comme condition préalable aux opportunités de football.

« Si ces allégations sont effectivement vraies, c’est une preuve supplémentaire que le football est constamment exploité, à travers les ligues et les continents, comme un forum permettant aux agresseurs d’accéder, de préparer, d’extorquer et d’agresser les joueurs. Il faut faire davantage pour empêcher ces horribles abus et nous appelons les instances dirigeantes du football à agir de toute urgence. »

Plusieurs victimes présumées ont parlé au Guardian. Une victime présumée qui a joué pour l’équipe gabonaise des moins de 17 ans entre 2015 et 2017 a affirmé avoir été agressée à plusieurs reprises par l’entraîneur au cours de sa carrière avec l’équipe nationale. « Il m’a forcé à avoir des relations sexuelles avec lui », a déclaré le joueur. « C’était la condition pour rester dans l’équipe nationale. A l’époque, j’ai quitté mon village pour aider ma famille. Je vivais dans la capitale [Libreville] et devenir

footballeur professionnel était le seul moyen de sortir de la misère. Alors j’ai fait ce que j’avais à faire pour les aider.

Il a ajouté : « Capello a violé tellement de garçons. Il allait parfois à la campagne pour en trouver de nouveaux. Il a profité de la pauvreté et a également donné quelques garçons à d’autres fonctionnaires. Dans notre équipe nationale, la majorité a dû faire l’amour. C’est la réalité du football gabonais depuis des décennies mais personne ne peut arrêter le système. Les prédateurs sont trop nombreux… nous avons subi l’enfer.

Deux autres victimes présumées ont affirmé qu’Eyi les avait maltraitées alors qu’elles avaient moins de 18 ans et fréquentaient une académie appelée Académie Club de Libreville à Akanda, dans la banlieue de Libreville, entre 2017 et 2019.

« Parfois, il emmenait des enfants chez lui, ‘Le Jardin d’Eden' », a déclaré l’un d’eux. « Il était très gentil avec moi mais à chaque fois que je le voyais, il me disait que j’étais belle. Un jour, il m’a dit que certains des joueurs se masturbaient… il a quitté son bureau avec le sourire. C’était comme s’il m’envoyait un message.

Il a ajouté: « J’ai eu des expériences sexuelles avec Capello, j’y étais obligé. J’ai arrêté le football, tu sais. J’ai fait de mon mieux pour ma famille et maintenant je vis hors du pays. Je ne peux pas revenir en arrière.

L’autre joueur a ajouté : « Capello a acheté des enfants dans des provinces ou des villages éloignés, majoritairement issus de milieux défavorisés. Il leur a fait un lavage de cerveau et leur a fait croire qu’ils devaient lui accorder des faveurs sexuelles. Un autre entraîneur nous a dit un jour : « Si vous voulez jouer avec l’équipe nationale des moins de 17 ans, vous savez ce que vous avez à faire. »

Au cours de ses jours de joueur, Eyi était un ailier qui s’est tourné vers l’entraîneur dès son plus jeune âge et a développé la réputation de repérer de jeunes joueurs talentueux. Il a entraîné dans plusieurs clubs ainsi que des équipes nationales de jeunes du Gabon, et a pris son surnom en hommage à Fabio Capello, l’Italien qui a dirigé l’Angleterre entre 2007 et 2012.

Eyi n’a pas encore répondu directement aux questions du Guardian. Cependant, après des tentatives répétées pour le contacter, il a posté une série de messages, il a posté une série de messages sur WhatsApp Status qui semblaient faire référence aux allégations, dont un qui disait : « Ceux qui utilisent le mensonge comme une arme ne connaissent pas le inverse du côté spirituel.

Un communiqué de la Fegafoot précise qu’elle n’a « jamais enregistré de plaintes relatives à un acte de cette nature ».

« À notre connaissance, [Eyi] n’a pas d’équipe et n’est nommé pour diriger aucune équipe nationale. Les joueurs que vous avez rencontrés devraient également envisager de nous contacter afin d’enquêter avec diligence, car nous confirmons que de tels faits doivent être dénoncés devant les tribunaux et les instances judiciaires compétentes.

Le responsable des médias de la Fegafoot, Pablo Moussodji Ngoma, a fait référence aux enquêtes du Guardian dans un article sur Facebook, critiquant les allégations de « faiblesse des preuves ».

« Les témoignages des comédiens victimes, avec leurs noms, peuvent dissuader les auteurs de ces actes abominables mais nous devons aussi permettre aux instances judiciaires et même aux tribunaux de les punir », a-t-il écrit. « Le reste sera pris comme une opération de communication de plus pour ceux qui s’engagent à ternir l’image du Gabon à l’international.

Le football gabonais a été en proie à des problèmes ces derniers mois, l’ancien ailier rennais Stéphane Nguema et quatre autres anciens internationaux ayant été arrêtés le mois dernier pour avoir protesté contre l’annulation continue des ligues nationales. Nguema a depuis démissionné de son poste de secrétaire général du syndicat des joueurs, dont les membres disent ne pas avoir été payés depuis près de deux ans.

Source : The Guardian (journal londonien)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.