Nzouba Ndama a démissionné pour l’honneur

 Guy Nzouba Ndama @ DR

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le Président de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama, 69 ans, a finalement annoncé jeudi sa démission de ses prestigieuses fonctions de président de l’Assemblée nationale afin de préserver l’honneur des députés et de l’Assemblée nationale bafoué par le pouvoir émergent, selon lui.


 

« Après moult réflexions, j’ai choisi, afin de réhabiliter l’honneur souillé des députés et de la première chambre du parlement gabonais, de remettre mon mandat de président de l’Assemblée nationale entre les mains de mes collègues ce 31 mars 2016 en séance plénière », a déclaré M. Nzouba Ndama lisant devant ses collègues députés une lettre officielle de démission qu’il a adressé au chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba.

 

« Immunité parlementaire violée, députés humiliés dans l’exercice de leur fonction, parce que soupçonnés de connivence ou accusés à tort de soumission au diktat d’un (…) adversaire politique », sont entre autres les griefs cités par le président de l’Assemblée nationale pour justifier sa démission à environ 5 mois de la prochaine élection présidentielle et à 8 mois des prochaines élections législatives.

 

Le président de l’Assemblée nationale dénonce aussi le lynchage médiatique dont il fait l’objet de la part de la presse dite du « bord de mer » c’est-à-dire opérant avec la bienveillance de la présidence de la République.

 

« Le plus insupportable et le plus regrettable reste le fait que la presse contrôlée par le Palais ait réussi finalement à déconstruire les fondements du contrat de confiance liant la tête de l’Exécutif à la Représentation nationale », souligne sa lettre au président de la République.

 

Cette démission semble être un coup dur pour le pouvoir. Selon l’ordre protocolaire gabonais, le président de l’Assemblée nationale est la 3ème personnalité du régime après le président de la République et le président du Sénat, la deuxième chambre du parlement.

 

« Le lynchage dure depuis quatre ans maintenant », regrette-t-il en déplorant un « comportement malhabile de certains jeunes émergents ».

 

La démission de Guy Nzouba Ndama semble être un coup très dur pour le pouvoir. Le quasi septuagénaire présidait l’Assemblée nationale depuis près du 20 ans. Il a successivement cumulé 4 mandats de 5 ans. A ce titre, il était la 3ème personnalité du régime. A 69 ans, il était considéré comme l’une des rares reliques héritées d’Omar Bongo Ondimba qui gardait encore le temple après les démissions de Jean François Ntoutoume Emane, René Ndemezo’o Obiang et de bien d’autres caciques.

 

Le plus urgent pour le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) est de trouver un successeur à Guy Nzouba Ndama. Sur un total de 125 députés à l’Assemblée nationale, l’opposition ne compte que 3 élus. L’élection d’un nouveau président de l’Assemblée nationale serait une simple formalité.

 

Selon les textes qui régissent le fonctionnement de l’Assemblée nationale, il revient au parti majoritaire  de proposer un candidat. Le vote a lieu en séance plénière. L’inconnu pour le PDG c’est le nombre exact des députés qui se cachent sous le manteau de l’aile dissidente du parti baptisée Héritage et Modernité.

 

Antoine Relaxe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.