L’ONG Malachie porte le leadership féminin gabonais à la COP 26 à Glasgow

La présidente de l’ONG Malachie, Pépécy Ogouliguendé dans l’une des salles de conférences COP 26 à Glasgow ©  D.R

La présidente de l’ONG Malachie, Pépécy Ogouliguendé, une des rares femmes issues de la société civile africaine, œuvrant dans le développement durable, a porté le leadership féminin gabonais sur les épineuses questions des changements climatiques à la COP 26 qui se déroule à Glasgow en Ecosse du 2 au 12 novembre 2021.

L’ONG Malachie est présente à cette grande rencontre mondiale climatique pour relayer le message des communautés locales, faire des Plaidoyers, mutualiser les expériences et mobiliser les partenaires et Financements afin d’accompagner les politiques nationales pour un impact réel auprès de toutes les couches de la population.


Cette COP est considérée comme la COP du dernier et meilleur espoir à limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius maximal, conformément à l’Accord de Paris lors de la Cop 21. Tous les voyants sont au rouge au tableau de bord climatique et les promesses de financement n’ont malheureusement pas été réalisées.

Les pays pollueurs rechignent de mobiliser 100 milliards de dollars par an au profit des pays en voie de développement, principales  victimes des changements climatiques.

Au cours de cette rencontre mondiale sur le Climat, 3 grands points sont à l’ordre du jour : Atténuation, Adaptation et Financement. La Justice climatique équivaut à l’Égalité des Droits entre hommes et femmes. Le Plan d Accélération Génération Égalité du Forum de Paris en a fait un Axe primordial.

Les changements climatiques affectent le quotidien des Femmes et des jeunes au premier plan. Ils doivent constituer le socle de la solution à travers leur implication dans tous les processus, discussions, négociations…L’inclusion est le gage de réussite de toutes les stratégies et politiques d’Adaptation et Atténuation.

Pour Pépécy Ogouliguendé « si nous agissons maintenant ensemble, nous pouvons protéger notre précieuse planète. Cela passe par une appropriation et responsabilité collective de tous ces enjeux et défis souvent exprimés en langage scientifique complexe mais en réalité à la portée de tous à l’exemple des Contributions Nationales Déterminées, Crédit carbone….Une Gouvernance nationale intégrale caractérisée par un partage des fruits issus des efforts consentis est à construire pour atteindre des résultats probants ».

Si l’action institutionnelle matérialisée par le leadership international du Président Gabonais, Ali Bongo Ondimba est indéniable, l’inclusion, indique-t-on,  reste le plus grand défi de la Stratégie nationale. En effet, la faible implication effective de la société civile, du secteur privé et des communautés locales limite l’atteinte de résultats palpables dans le quotidien des citoyens.

« C’est ici l’opportunité de faire un plaidoyer pour une représentativité d’au moins 30 % de femmes issues de tous horizons dans la délégation Gabonaise qui accompagnera le Président de la République à compter de 2022 pour être en phase avec le Programme GABON ÉGALITÉ qui a inscrit parmi les 33 mesures urgentes de la Participation des Femmes Leaders aux Agendas internationaux », a-t-elle plaidé.

Antoine Relaxe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.