Législatives 2018 à Ndendé : le candidat Yves Fernand Manfoumbi veut militer pour l’épanouissement de la femme

 
 
Libreville, 27 septembre (Gabonactu.com) – Le candidat investi par le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) aux législatives 2018 dans le siège unique du département de la Dola (Ndendé), Yves Fernand Manfoumbi a lancé sa campagne sous le sceau de l’épanouissement et du développement tous azimuts de la femme, matrice de la société.
« Je m’engage à PROTÉGER,  la Jeunesse, la Femme, la veuve, l’orphelin, les personnes âgées », a déclaré M. Manfoumbi au cours de son meeting d’ouverture  de campagne mardi sur la place de fêtes de Ndendé, chef-lieu du département de la Dola dans la province de la Ngounié (sud du pays). Un message relayé sur sa page Facebook.
Le meeting était riche en couleurs et en émotions. La mythique danse Ikokou était au rendez-vous avec en toile de fond les nouvelles compositions musicales, alliant tradition et  modernité. Le capitaine « Manf10 »  ne s’est pas privé comme à son habitude  d’étaler tout son talent de danseur.
Se définissant comme l’enfant bâtisseur  du village, « Irueru Mwane Dimbu », a appelé ses partis venus nombreux, à la vigilance et au bon choix en votant massivement pour lui le 6 octobre prochain. Il sera, a-t-il dit  le véritable « avocat » et « VRP » pour promouvoir le potentiel économique de la Dola.
L’homme politique a dressé un bilan « positif » réalisé par le régime actuel dans la ville de Ndendé. Il a cité pèle mêle, le bitumage de la route Mouila/Ndendé ; l’aménagement des voiries et l’extension du réseau d’eau ainsi que  l’électrification de la ville, y compris l’hydraulique rurale dans les 19 villages du Département de La Dola.
Le candidat Yves Fernand Manfoumbi fait face à une dizaine des candidats de l’opposition, tous  issus  de l’Union du peuple gabonais (UPG), parti créé par le feu opposant charismatique, Pierre Mamboundou. La formation politique  en perte de vitesse s’est morcelée en plusieurs fragments, suite à une rude  lutte de succession et de leadership. La Dola désormais sous la gouvernance du parti au pouvoir depuis 2011, était la citadelle imprenable de l’UPG à compter de 1996.

Sydney IVEMBI  



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.