Le ministre des Sports refusé d’accès aux vestiaires après la victoire des Panthères contre les Comores

Malgré la victoire lundi dernier face aux Comores, Sports News Africa rapporte que les Panthères du Gabon auraient empêché le ministre des Sports, Franck Nguéma, de pénétrer dans leur vestiaire en raison de l’imbroglio autour des primes toujours non perçues.

Ca sent le désamour à Yaoundé entre Les Panthères et le ministre des Sports, Franck Nguéma. Des primes promises avant le coup d’envoi de la CAN et toujours pas perçues. Et après la victoire des Panthères sur les Comores, le ton serait monté entre les joueurs et le ministre des Sports au point de lui refuser l’accès aux vestiaires pour les féliciter comme à son habitude, car « Soupçonné de tirer les ficelles dans cette affaire », rapporte le site d’informations sportives.


« De retour à l’hôtel où loge la sélection gabonaise, Franck Nguéma a prévenu les joueurs qu’ils ne pourraient pas être payés en raison du vol d’une grande partie des primes prévues pour la CAN. Après de nouveaux échanges tendus avec le groupe, pas convaincu par la version de l’officiel », poursuit le média.

Et du coup, « Les joueurs craignent un détournement des primes et aujourd’hui, deux hypothèses agitent les internationaux gabonais. Soit leur gouvernement n’est pas en mesure de payer les primes négociées, soit elles ont été détournées. Sans savoir s’ils seront un jour payés ».

Situation assez complexe mais Patrice Neveu et ses poulains continuent de travailler pour faire, autant que se peut, honneur au pays dans ce groupe C.

Source : Gabonallsport.com


One thought on “Le ministre des Sports refusé d’accès aux vestiaires après la victoire des Panthères contre les Comores

  1. Vraiment est ce que nos dirigeants sont sérieux. Voici maintenant qu’on nous dis que l’argent a été volé par qui ? Eh là je vous assure qu’à la moindre contre performance des panthères ils trouveront un prétexte pour ne rien donner aux gars. Quel pays bon sang, quel pays ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.