Lancement d’un projet pour les ex enfants prisonniers, orphelins du SIDA et enfants oisifs

L’Association gabonaise des œuvres sociales (AGOS) a lancé vendredi à la mairie du 5ème arrondissement de Libreville un « méga programme » dont le but est de redonner une “seconde chance” aux jeunes issus de milieux carcéraux, des orphelins du VIH/SIDA ainsi que des enfants oisifs.

« Nous visons 5000 jeunes à resocialiser par an pour tout le Gabon. L’action s’étant jusqu’en province. Et chaque province avec l’appui de nos coordonnateurs provinciaux va identifier un certain nombre de jeunes qui vont devoir être pris en charge », a expliqué la présidente de l’ONG AGOS Marie Claudette Ndagui.


Ce méga programme axé sur l’encadrement psychologique, l’insertion professionnel, l’éducation et la formation professionnelle ainsi que l’autonomisation financière s’élèverais selon cette ONG à un montant annuel de 2 milliards de FCFA. Une réalisation qui a besoin de l’appui des entreprises, des organismes internationaux, des partis politiques, de la société civile, de l’État gabonais et bien d’autres partenaires au développement.

Selon Mme Ndagui, ce programme mis en œuvre uniquement il y a quelques années est désormais un méga programme qui touche 17 pays d’Afrique et des caraïbes.

« Au niveau national, nous sommes dans le cadre de l’accompagnement de L’État gabonais. Nos attentes sont multisectorielles ; accompagnement matériel, accompagnement financier et accompagnement technique. L’État, les ministères avec lesquels nos champs de compétences se trouvent étroitement liés se doivent de mettre à notre disposition des techniciens, ce sont des supports que nous attendons éventuellement », a indiqué Dr Marie Claudette Ndagui.

L’ONG AGOS œuvre pour la promotion et la défense des droits de l’homme. Son action cible notamment les enfants, la veuve et l’orphelin. L’ambition est de ne pas les laisser hors des Objectifs de développement durable (ODD).

Betines Makosso


One thought on “Lancement d’un projet pour les ex enfants prisonniers, orphelins du SIDA et enfants oisifs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.