La SEEG investi environ 7 milliards de FCFA pour faire oublier les délestages dans la Ngounié et la Nyanga

La Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) investi sur fonds propres la coquette somme d’environ 7 milliards de FCFA pour réhabiliter la centrale hydroélectrique de Bongolo qui alimente les villes de Mouila, Ndéndé et Tchibanga, indique un communiqué de l’entreprise.

Selon le communiqué, le coût estimatif des travaux est de 6. 981. 627. 244 FCFA HT intégralement financés par la SEEG. ucuz sms onay


Les travaux à réaliser portent sur la réhabilitation complète des ouvrages hydromécaniques, des groupes G1 et G2, ainsi que la réhabilitation entière des automatismes et contrôle-commande nécessaires au bon fonctionnement de la centrale.

« La livraison des travaux devrait permettre la sécurisation de l’alimentation électrique (…) dont l’impact immédiat est l’amélioration significative de la desserte en électricité dans cette localité à forte densité », indique le communiqué.

A termes, la réhabilitation des ouvrages hydroélectriques de Bongolo permettra également à plusieurs nouveaux ménages d’accéder à l’électricité.

On rappelle que les installations actuelles de la centrale de Bongolo datent de 1992. La vétusté des ouvrages électriques, mécaniques et hydrauliques ainsi que l’indisponibilité fréquente des groupes hydrauliques turbo-alternateurs ont souvent été à l’origine des délestages d’électricité qui pénalisent la vie des populations.

La SEEG affirme avoir lancé les travaux de réhabilitation de la centrale dans le cadre de son plan d’urgence 2020.

Des opérations similaires sont en cours dans les autres provinces du pays, pour poursuivre l’augmentation du taux de desserte et la sécurisation du réseau sur des sites sujets aux mêmes problématiques.

« Ces réalisations qui s’inscrivent parmi les actions prioritaires du Plan d’urgence 2020, marquent la détermination de la SEEG à apporter le mieux être aux populations et à restaurer le sens du service au client », conclu le communiqué de la SEEG.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.