Gabon/Tourisme : les acteurs outillés sur la gestion et la conduite des projets

Le Ministère du Tourisme a organisé un atelier sur la gestion et la conduite des projets touristiques dédié aux professionnels du tourisme des différents départements ministériels dont celui de la Bonne Gouvernance et de la lutte contre la corruption.

Les acteurs du secteur ce sont imprégnés des mécanismes visant à inciter les potentiels hommes d’affaires à venir investir au Gabon, lequel doit être à terme, selon le gouvernement, une destination touristique.

« L’échec ne saurait être une option, la réussite une obligation »,  a déclaré Pascal Houangni Ambouroue durant les travaux. Le Ministre du tourisme  a décidé de former les agents touristiques à la maitrise méthodologique de bonne gouvernance et de bon déploiement de pilotage de projets à travers par exemple les études d’opportunité, de faisabilité.


Il a insisté en disant qu’« au-delà des spécificités sectorielles de chaque département, chaque Ministre désigné à la tête d’une administration est d’abord  un gestionnaire de projet et un manager des politiques publiques », et donc malgré la crise sanitaire qui accable actuellement tous les secteurs économiques, il faudrait percevoir « cette formation comme porteuse de graine d’espoir du secteur par un nouveau déploiement », afin d’inciter de nouveaux investisseurs.

Pour cela ; il a invité le Ministre de la bonne gouvernance pour apporter les spécificités de la doctrine et soutenir la vision du Président de la République de faire du Gabon une destination touristique de premier choix dans la sous-région et bien au-delà. Répondant donc à cette invitation, M. Francis Nkea  a rappelé que « la bonne gouvernance dans ce secteur doit se matérialiser par la volonté de déployer un modèle d’organisation propre à son entité en définissant un cadre et des règles de fonctionnement propres et internes. L’enjeu étant, dit-il, de limiter les risques, éliminer les menaces susceptibles d’engendrer des coups ou des pertes au fonctionnement de l’organisation.

Dans son laïus,  Houangni Ambouroue  a précisé que cette formation vient répondre aux instructions de chef de l’Etat qui « nous demande de plus en plus en tant que patrons des administrations publiques d’être plus ou moins en avant pour édifier nos collaborateurs afin d’éviter de grever la trésorerie nationale en faisant appel à des cabinets qui viennent très souvent nous vendre des éléments dont nous avons peut- être la maîtrise ».

« Désormais il nous faut ne plus être tolérant sur les insuffisances mais il nous faut décliner une structuration qui va permettre d’atteindre tous les objectifs », a-t-il insisté.

Irina Abang


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.