Eliminatoires CAN 2023 : la tempête ne se calme pas sur les Panthères aux allures d’un verre cassé

La zone de très fortes turbulences vient d’être franchie ! Et pourtant le calme est loin de revenir au sein de l’équipe nationale du Gabon ou les Panthères sont certes désormais au grand complet sur leur terre pour défier la Mauritanie mercredi à Franceville mais les mêmes causes continuent à produire les mêmes effets. Un nécessaire déballage s’impose !  

Dans un communiqué, la Fédération gabonaise de football (FEGAFOOT) a annoncé que tous les membres de la délégation gabonaise bloqués à Barcelone en Espagne suite aux ennuis techniques de leur avion spécial sont rentrés hier par un vol régulier d’Air France. Dans la même soirée, ils devaient rejoindre Franceville avec l’avion qui ramenait les héros partis battre les Léopards de la RD Congo samedi dernier au stade des Martyrs de Kinshasa.


Patatras ! Les joueurs partis de Kinshasa, se disant à nouveau malmenés après des longues heures d’attente et d’incertitude ont refusé d’embarquer nuitamment pour Franceville. La machine s’est grippée à nouveau. Jusqu’à lundi à 13 heures aucune solution ne pointait à l’horizon.

Inconnus Mourabitounes

Si le Gabon a livré plusieurs duels contre la République démocratique du Congo (RDC), le nombre d’affrontements contre la Mauritanie est anecdotique. A Franceville, les Panthères du Gabon seront comme à la découverte de l’une des équipes du continent qui a réalisé une importante percée ces dernières années. Les Mourabitoune ont participé à la CAN 2019 en Egypte où le Gabon était absent. En février dernier ils étaient au 116ème rang mondial dans le classement FIFA. Le Gabon pour sa place occupait le 82ème rang mondial au classement FIFA de mars 2022.

Lors de la première journée des éliminatoires de la CAN Total Energies Côte d’Ivoire 2023, la Mauritanie à domicile a facilement disposé du Soudan (3-0). Elle s’est emparée du fauteuil de leader du groupe I avec 3 points (+3) devant le Gabon 2ème avec 3 points (+1).

La RDC et le Soudan sont derniers avec 0 point.

Nécessité d’une thérapie

La courte victoire contre la RDC et le retour au complet de la sélection ne doivent pas faire oublier l’essentiel. Un véritable changement de logiciel mental s’impose. Les économies doivent être effectuées là où c’est nécessaire. Exemple : les regroupements à proximité des pays à affronter ou au pays au lieu de se payer le luxe des regroupements à Dubaï ou en France alors que le match est à jouer en Afrique où le climat est différent.

Urger la fin du centre d’entrainement de Bikélé pour offrir aux Panthères un cadre propice de préparation des matchs. A défaut relancer le site de Kango où Azingo préparait ses matchs.

Imposer une discipline financière au sujet de la gestion des fonds mis à la disposition de l’équipe nationale. Stopper la position dominante des ministres des Sports lors des déplacements de l’équipe nationale. Une mise en retrait leur épargnerait les critiques de « juge et partie » dont ils sont injustement l’objet.

Remettre à la FEGAFOOT toutes ses prérogatives et faire du sélectionneur national le véritable patron du onze national. En gros cesser les immixtions diverses dans tous les compartiments. L’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Les dépenses au moment opportun et non à la dernière minute.

Carl Nsitou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.