PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Des nouveaux responsables du CLR pour conquérir la Mairie de Libreville en 2023

Des nouveaux responsables du CLR pour conquérir la Mairie de Libreville en 2023

Le Directoire du CLR posant pour la postérité le 21 février avec les nouveaux responsables du parti pour la province de l’Estuaire  ©  Gabonactu.com

Le Délégué général adjoint du Centre des libéraux réformateurs (CLR, majorité), en charge de l’implantation et des stratégies électorales du parti,  Alexandre Désiré Tapoyo a installé vendredi au cours d’une cérémonie dédiée, les nouveaux responsables  des coordinations de la province de l’Estuaire dont la principale  mission assignée sera la conquête de la Mairie de Libreville en 2023.

« S’agissant de la réussite attendue dans l’Estuaire et dont vous êtes d’ors et déjà les chevilles ouvrières, chers céléristes, qu’en est-il exactement ? En bien, la camarade Délégué générale est claire à ce sujet. Il s’agit précisément de conquérir dans l’absolu la mairie de Libreville et les six arrondissements. Le prochain maire de Libreville doit être Célériste », a instruit  M.Tapoyo, installant les nouvelles coordinations de l’Estuaire.


Celles-ci seront chapeautées par Pulchérie Abeme Nkoghé,  promue coordonnatrice provinciale de l’Estuaire. Ainsi,  a-t-elle  rassuré que son parti sortira avec méthode  victorieux  aux prochaines élections locales prévenue en 2023.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CLR-Gabonactu.jpg.

Le Délégué général adjoint Alexandre Désiré Tapoyo installant Pulchérie Abeme Nkoghé  sur son fauteuil de coordinatrice du CLR pour la province de l’Estuaire ©  Gabonactu.com

L’institution municipale, la plus grande et la plus convoitée du pays,  échappe  au CLR depuis le retour de la démocratie  multipartite en 1990.  Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), locomotive de la majorité présidentielle à laquelle il fait partie, fait toujours de l’ombre à la formation politique de Jean Boniface Assélé qui a accepté souvent de jouer le second rôle.

En 2014, Jean Boniface Assélé était le faiseur de rois.  Un accord de cogestion avait consacré l’élection à la tête de la Mairie de Libreville de  Rose Christiane Ossouka Raponda dont le parti  (PDG) ne disposait que  61 élus locaux. Le CLR était venu en appui avec ses  42 conseillers municipaux. Le conseil municipal comptait 161 élus en tout.

Cet accord de Cogestion avait plusieurs fois été dénoncé par Jean Boniface  Assélé qui se sentait floué.  Il n’avait pas pu exercer tout au long du mandant (5 ans) ses prérogatives que lui conféraient son poste de 1er maire adjoint de l’hôtel de ville de la capitale gabonaise. Sans pourtant sortir de la majorité républicaine,  le CLR semble cavalier désormais seul pour remporter les batailles futures.

Sydney IVEMBI

Suivez nous et Aimez nos pages

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
pendik escort kartal escort çekmeköy escort escort mersin konya escort mersin escort erotik film izle türkçe altyazılı porno lezbiyen porno sex hikaye mersin escort bodrum escort mersin bayan escort