Bébé séquestré à Jeanne Ebori : un mécène a payé la facture de 700 000 FCFA

Le bébé né par césarienne le 30 août dernier et séquestré contre le gré des parents à la l’Hôpital Mère et enfant Jeanne Ebori à Libreville pour une facture de 700 000 FCFA est finalement rentré chez lui avec sa maman suite au paiement de la facture de 700 000 FCFA par un mécène, a a appris Gabonactu.com

La bienfaitrice s’appellerait Mme Fromentin, responsable du célèbre groupe scolaire Jean de la Fontaine.


L’alerte avait été donnée le 7 septembre par la rédaction de Gabonactu.com. C’est finalement une seconde publication ce vendredi du quotidien national L’union qui a permis le dénouement de cette énième prise d’otage dans cet hôpital public cédé à des opérateurs économiques privés.

Pour rappel, Brunelle Obone Zue, assurée de la Caisse nationale de garantie sociale et d’assurance maladie (CNAMGS) a accouché par césarienne le 30 août dernier à Jeanne Ebori. Le bébé et la maman se portent bien. Seulement, selon des documents consultés par la rédaction de Gabonactu.com, l’hôpital réclame une somme de sept cent trente-trois mille quatre cent soixante-cinq FCFA (733 465) payable avant la sortie du bébé de l’hôpital.

La famille qui déclarait être incapable de payer cette somme. Elle se serait retournée du côté de la CNAMGS pour demander un secours.

Les lenteurs administratives prolongeraient injustement le séjour du bébé et sa maman dans la structure hospitalière ce qui laissait penser à une « prise d’otage ».

Selon le décret N°000111/PR/MS du 26 mars 2018, les accouchements dans les structures sanitaires publiques sont gratuits. La famille souhaitait donc bénéficier des avantages liés à ce décret.

La direction de l’hôpital s’est souvent défendue soutenant que la gestion de cette structure publique a été concédée à des privés. D’où le paiement obligatoire des factures malgré l’existence de ce décret présidentiel. 

En mars dernier, un scandale similaire a ébranlé l’hôpital. Bébé Esther née de mademoiselle Prisca avait été retenu dans l’hôpital pour non règlement d’une facture qui s’élevait à 2 052 998 FCFA. Pire la dépouille d’un nouveau-né a également été retenue en otage dans le même hôpital construit avec l’argent du contribuable.

Marie Dorothée


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.