Axe routier Moabi/Tchibanga : bientôt la fin d’un long calvaire

Le Pont de Doufoufou sur l’axe Moabi-Tchibanga desormais rehabilité © SBIM

Il fallait faire preuve de témérité pour oser emprunter la route reliant Moabi à  Tchibanga, capitale provinciale de la Nyanga, au regard de son état de dégradation avancée. Des bourbiers sur tous les axes inter-villages, des ponts dégradés sous le poids de l’âge, des hautes herbes ici et là, étaient devenus le lot quotidien de tous les transporteurs et autres usagers qui n’avaient pas de choix que de braver les risques de voir soit sa voiture se retrouver en cercueil roulant, soit tomber sous le pont.

Soucieux de mettre un terme à ce long cauchemar, la Direction provinciale des travaux publics de la Nyanga sous la conduite de son directeur, Sosthène Emery Bouassa, est à pied d’œuvre depuis quelques semaines pour reconstruire cette infrastructure, l’unique reliant Moabi à Tchibanga longue d’un peu plus de 80 km.


Pour la réalisation de ce chantier, la direction des travaux publics de la Nyanga a sollicité le soutien des cadres du département de la Douigny (Moabi) parmi lesquels l’actuel Directeur général des hydrocarbures, Edgard Mbina Kombila qui a répondu favorablement. Celui qu’on appelle affectueusement DGH a appuyé cette action du gouvernement par un financement à hauteur de 80% pour la réhabilitation du  pont sur la rivière « Doufoufou » qui, il faut le rappeler, constituait un danger permanent, pour les usagers.

Par cet appui aux TP, ce fils de la Douigny concrétise là, l’un des neufs axes du projet politique du Président Ali Bongo Ondimba à savoir : l’ambitieux programme de mise en place des infrastructures de soutien au développement économique. Il n’est point besoin de rappeler que les infrastructures routières favorisent le renforcement de l’intégration des peuples, la réduction de l’enclavement intérieur, tout comme la réduction de la pauvreté par l’amélioration des conditions des vies des populations.

Après les travaux de réfection de cette route Moabi-Tchibanga qui est une véritable bouffée d’oxygène, d’autres défis auxquels les populations souhaitent voir être relevés par les pouvoirs publics et cadres du coin, sont ceux des travaux de toutes les routes cantonales dont Moabi-Mandilou-Ngueda (32km); Moabi-Moukoko-Mbaka (32km); Moabi-Dougassou (25km); Moabi-Rinadzala (10km) et Moabi-Bounounga (10km).

En réouvrant ces axes, tous les villages du Département de la Douigny seront désenclavés au plus grand bonheur des populations.

Antoine Relaxe


3 thoughts on “Axe routier Moabi/Tchibanga : bientôt la fin d’un long calvaire

  1. Je suis très fier du DGH qui ne ménage aucun effort pour apporter à la population de la Douigny la joie d’y vivre. Merci à Mr Edgar MBINA KOMBILA.

    1. Cher cadet, c’est de l’exagération de sa part, imagine si le pont est estimé à 50millions donc il a cintribué a hauteur de combien, c’est ridicule pour deux macettes, deux barrabines et quelque kilo de pointe de 160 et ceux de 90 c’est sa le financement de 80%. Arretons du matuvue ou le bavardage inutile.

  2. Si le pont de Doufoufou est estimé à hauteur de 50millions sa voudrais dire que 80%/ correspond à quel montant. Arretons du matuvue ou la guerre politicienne vous les enfants de la Douigny.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.