Appel à la paix des braves : Féfé Onanga dit oui, mais pour parler avec qui ?

Le président du Mouvement populaire des radicaux (MPR), Féfé Onanga, basé à Port-Gentil la capitale économique du Gabon a dans un entretien avec un journaliste indiqué qui est favorable à l’appel à la paix des braves lancé récemment par une vingtaine de partis politiques auquel se sont joints 40 autres.

« J’estime à mon humble avis qu’il faudrait qu’on se parle. Ce serait l’occasion de se dire des vérités parce que la situation actuelle ne profite à personne », a déclaré Féfé Onanga depuis son fief dit de la Résistance où ses partisans et lui vénèrent Jean Ping à longueur de journée.


« Que celui qui a pris cette initiative appelle ceux qui ne se parlent pas et ceux qui se parlent pour qu’on soit à même de trouver une solution aux problèmes de notre pays. Il s’agit du Gabon notre bien commun. Il ne s’agit pas de revendiquer ce qui appartient à un individu ou un groupe d’individus, ou encore un groupe de personnes ou un parti politique », a-t-il expliqué pointant un doigt sur le mal être des gabonais : chômage, vie chère, difficultés d’accès aux soins de santé, à l’eau et à l’électricité …

Le MPR se félicite de savoir que les gabonais privilégient la voie du dialogue pour éviter la casse du pays comme ce qui se passe ailleurs.

« Est-ce qu’on doit désormais mettre les problèmes du Gabon au centre », s’interroge par ailleurs le Secrétaire général du MPR.

« Le fait que le pouvoir accepte d’organiser un dialogue c’est qu’il reconnait que le pays va mal », a ajouté Féfé Onanga qui dit que participer à ce dialogue pour son parti n’est pas « aller à la soupe ».

« Moi on ne m’achète pas…. Et je le dis à qui veut l’entendre », a-t-il insisté en affichant sa ferme détermination de participer à ce dialogue.

Le 17 mars quelques 60 partis politiques de la majorité et de l’opposition ont indiqué qu’ils adhèrent à l’appel d’une paix des braves pour ne pas casser le Gabon à cause du radicalisme des uns et des autres dont la conséquence à très courte terme risque d’être un affrontement dommageable pour le pays.

Le projet est porté à bout de bras par une Commission ad hoc paritaire constituée des partis politiques de la majorité et de l’opposition, membres du Conseil national de la démocratie (CND).

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.