PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Adoption du projet de loi sur la catastrophe sanitaire : la société civile gabonaise dénonce la violation de la constitution

Adoption du projet de loi sur la catastrophe sanitaire : la société civile gabonaise dénonce la violation de la constitution

La campagne « Touche pas à ma terre », un mouvement de contestation  mené par ses deux coordonnateurs, Marc Ona Essangui et Jean Valentin Leyama, a dans un communiqué dénoncé la violation flagrante de la constitution par le gouvernement qui a adopté en conseil des ministres du 8 mai dernier, un projet de loi (entériné en urgence par le parlement bicamérale) sur la ‘’catastrophe sanitaire’’, lequel se substitue,  relève-t-on, à la loi sur l’état d’urgence.

«  Les membres de la campagne Touche pas à ma Terre s’opposent-t-il avec la dernier énergie à cette volonté de courcicuiter la constitution dont le gouvernement interpelle pourtant l’art 47 pour justifier sa manœuvre, sans en préciser expressément l’alinéa. Ainsi, croit-il opportun de redéfinir la catastrophe sanitaire pour paraître pertinent,  alors que celle-ci est juridiquement assimilable à une situation d’état d’urgence,  fut-il sanitaire », a dénoncé le communiqué de Touche pas à ma terre signe des coordonateurs, Marc Ona Essangui et Jean Valentin Leyama.

Pour la société civile, cette violence de la constitution constitue un grand danger pour les citoyens gabonais qui seront dorénavant  privés de libertés sans justification aucune, puisque selon elle, malgré le confinement du pays, l’augmentation des cas testés positifs au Covid-19 est exponentielle. Le Gabon  en compte à ce jour 661 cas contaminés dont 110 guérisons et 8 décès.


« Les membres de la campagne Touche pas à ma Terre, soulignent par ailleurs pour le dénoncer le danger qui consiste à donner un blanc seing au gouvernement, capable désormais de décréter unilatéralement la privation des libertés fondamentales dans les proportions et durées indéterminées. Puisque n’ayant plus besoins de soumettre sa décision au vote du parlement, lequel a récemment rejeté  sa demande d’instauration d’un état d’urgence d’une durée de trois mois. Le gouvernement vient-il  de trouver la voie de contourner la loi ? Assurément. Ce qui est inacceptable pour l’Etat de droit !

L’état d’urgence  qui a mis tout le pays en confinement pendant un mois, prend fin ce dimanche à 24 heures. Il va laisser la place à la catastrophe sanitaire.

Antoine Relaxe

Suivez nous et Aimez nos pages
Suivez nous et Aimez nos pages

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
pendik escort kartal escort çekmeköy escort escort mersin konya escort mersin escort erotik film izle türkçe altyazılı porno lezbiyen porno sex hikaye mersin escort bodrum escort mersin bayan escort