Un nouveau lycée futuriste à Port-Gentil

 

Un jeune Gabonais, ayant préféré l’anonymat, vient de terminer les travaux de construction et d’équipement d’un nouvel lycée au design et aux équipements futuristes qui ouvre ses portes dès la prochaine rentrée scolaire à Port-Gentil, cité pétrolière et capitale économique du Gabon, a appris un reporter de Gabonactu.com

L’établissement est dénommé Lycée International d’Excellence de Port-Gentil (LIEP). Les travaux de construction ont duré deux ans et coûté à son promoteur quelques centaines de millions de FCFA.


L’oeuvre ultra moderne contient plus d’une dizaine de salles de classe, toutes climatisées, des bureaux administratifs, une salle des professeurs et un centre de documentation et d’information (CDI) bien équipés.

CDI du Lycée International d’Excellence de Port-Gentil (LIEP)

Le joyau trône fièrement au quartier Sassec, non loin du centre ville, dans le premier arrondissement de la cité pétrolière. 

Il va sans dire qu’un cadre doté d’un tel confort est destiné à former l’élite, « la crème de la crème « , dixit son promoteur.

« Investir dans l’éducation c’est le faire pour l’avenir. Nul doute que la formation est la clé de l’avenir de toute nation. J’ai voulu donner aux jeunes Gabonais la chance d’apprendre dans un établissement scolaire semblable à ceux érigés dans les pays occidentaux. Le confort, les modalités d’accès, la qualité de la formation dans ce lycée feront les meilleurs élèves du pays« , explique-t-il.

Outre la beauté et l’équipement adéquat du lycée,  un accent particulier sera mis sur le recrutement des élèves, mais aussi celui des enseignants.

Une salle des cours du Lycée International d’Excellence de Port-Gentil (LIEP)

A en croire le fondateur, il faudra une moyenne de 12/20 et plus pour tout élève désireux d’intégrer le LIEP.

Un bémol cependant, concernant les frais de scolarité, lesquels, seront « parmi les plus bas du pays, en terme de rapport qualité et prix« .

« Nous voulons donner la chance à tout le monde d’intégrer ce lycée d’Excellence« ,  explique le promoteur qui ne compte pas moins sur l’appui de l’État pour que l’établissement scolaire soit rapidement reconnu d’utilité publique.

Marie Dorothée


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.