PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

SatCon défie la HAC qui lui a retiré son quitus pour 3 mois

SatCon défie la HAC qui lui a retiré son quitus pour 3 mois

Photo @ DR

Libreville, 3 septembre (Gabonactu.com) – Le distributeur des chaines de télévision câblées, SatCon continue de diffuser tranquillement ses programmes  malgré une lourde sanction de la Haute autorité de la communication (HAC) qui lui a retiré son quitus, une espèce de licence d’exploitation, pour 3 mois suite à un délit de piratage des programmes beIN.

 

La HAC a clairement reproché à SatCon de pirater les chaines du distributeur beIN dont les chaînes de sport connaissent un très grand succès au Gabon.


 

« Il est avéré que ce groupe pirate les chaines de beIN sport. Le 8 aout 2018, par communiqué diffusé, la HAC mettait en demeure SatCon de cesser de diffuser les programmes de beIN sport tout en lui retirant le quitus provisoire délivré par le CNC », indique le communiqué de la HAC du 22 août dernier.

 

«  Le 22 aout 2018, la HAC note que non seulement SatCon n’a pas obtempéré, mais elle use des méthodes, des mécanismes et des pratiques illégaux pour récidive », a regretté le régulateur gabonais dans son même communiqué.

 

beIN avait déjà saisi la HAC pour se plaindre du comportement frauduleux de SatCon. Malgré une première mise en garde, l’opérateur n’a pas obtempéré. Le communiqué de la HAC du 22 août 2018 a constaté que l’opérateur est un récidiviste qui ignore la loi sur les droits d’auteur et méprise les autorités gabonaises.

 

Une source proche de SatCon soutient que l’opérateur ne veut pas arrêter ses programmes pour 3 mois par « amour » à ses très nombreux clients. SatCon est présent dans de nombreux foyers gabonais attirés par ses tarifs très compétitifs.

 

La HAC qui dit fonder ses décisions sur la base des textes qui régissent son fonctionnement est sans pitié contre les médias. En moins de six mois de service, elle a sévèrement frappé plusieurs médias dont la chaîne de télévision publique française France 2 pour avoir rediffusé la veille de la célébration de la fête nationale du Gabon un documentaire jugé « subversif » contre le Gabon.

 

Les médias gabonais ont rapidement attribué à la HAC le petit nom de « père fouettard » par lequel ils  désignaient le Conseil national de la communication (CNC) récemment dissout au profit de la HAC.

Camille Boussoughou

Suivez nous et Aimez nos pages

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
pendik escort kartal escort çekmeköy escort escort mersin konya escort mersin escort erotik film izle türkçe altyazılı porno lezbiyen porno sex hikaye mersin escort bodrum escort mersin bayan escort