Que faisaient encore les Panthères en Europe un jour avant le match ?

Les conséquences éduquent mieux, dit-on. Il semble que la Fédération gabonaise de football (FEGAFOOT) n’a pas fait sienne cette sagesse. Voici pourquoi !

Novembre 2020, les Panthères du Gabon sont bloquées à l’aéroport de Banjul en Gambie. Les photos des joueurs accablés, allongés sur les carreaux forçant le sommeil comme des réfugiés ont inondé les réseaux sociaux. Relâchées en milieu de matinée, les coéquipiers d’Aubameyang avaient été jetés en pâture. Le résultat est connu : défaite sur le terrain.


23 mars 2019, le Gabon arrive au petit matin à Bujumbura au Burundi pour jouer l’après-midi son 6ème et dernier match de qualification à la CAN Egypte 2020. Une victoire est obligatoire. Fatiguées et mis à mal par un climat radicalement différent de celui du Gabon, les Panthères n’ont jamais battu les burundais. Score final (1-1). Le Gabon est éliminé.

Ces deux exemples sont emblématiques du chaos qui règne autour de l’équipe nationale. Mais chaque fois, on jette l’opprobre sur les autres.

Que faisait finalement l’équipe nationale en Europe un jour avant le match contre la RDC ? Combien des matchs amicaux a-t-elle livré durant cette phase préparatoire ?

La missive moqueuse de la RDC

Dans son communiqué pour informer l’opinion sur la situation qui accablent les Panthères bloquées à Barcelone pour des soucis techniques de l’avion chargé de les conduire à Kinshasa, la Fédération gabonaise de football (FEGAFOOT) a laissé croire que la Fédération congolaise de football (FECOFOOT) ne compatie pas aux malheurs des gabonais.

En réalité, la FECOFOOT dans son courrier à la CAF qui a été préalablement saisie par le Gabon a fait des remarques désobligeantes pour le staff gabonais. Les congolais ont rappelé que Libreville est à 1h30 de vol de Kinshasa. Un point à méditer.

La FECOFOOT ajoute que les gabonais avaient préalablement annoncé leur arrivée à Kinshasa le 1er juin à 4 heures du matin. La lettre congolaise à la CAF contient d’autres détails troublants sur l’organisation de ce voyage par la FEGAFOOT.

Probablement écrite par des technocrates, la lettre de la FECOFOOT est comme une « leçon de choses » dictée au Gabon.

Le match RDC/Gabon reste donc programmé pour ce samedi après-midi à Kinshasa. Les gabonais attendent la victoire pour poursuivre avec sérénité la longue marche vers la phase finale de la CAN Côte d’Ivoire 2023.

Camille Boussoughou


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.