« Monsieur le président vous avez parlé des gabonais économiquement faibles, mais vous n’avez pas parlé des gabonais qui se débrouillent » (Wilfried Erisco Mvou Ossialas, leader syndical)

Le président de la COSYREF, Wilfried Erisco Mvou Ossialas  durant une conférence de presse en février 2017  © Archives Gabonactu.com

Le président et porte parole de la Confédération des syndicats des régies et financières et administrations assimilées (COSYREF),  Wilfried Erisco Mvou Ossialas, a dans un audio devenu viral dans les réseaux sociaux, déclaré que le Président Ali Bongo Ondimba a  oublié les petits commerçants débrouillards, dans les mesures d’accompagnement qu’il a annoncé vendredi soir pour soutenir les entreprises, travailleurs et les ménages confrontés à la crise du Coronavirus (Covid-19).
« Monsieur le président vous avez parlé des gabonais économiquement faibles, mais vous n’avez pas parlé des gabonaise qui se débrouillent», a déclaré M.  Mvou Ossialas, indiquant par ailleurs qu’il n’a pas été satisfait des mesures annoncées.
Pour Mvou Ossialas,  on ne peut  pas développer et relancer l’économie d’un pays  sans tenir compte  du secteur informel, de ces « gabonais qui ouvrent des bars, qui ouvrent des petites activités, et dont toutes ces activités ont été fermées et qui jusqu’aujourd’hui attendent les mesures d’accompagnement ».
« Monsieur le président de la république, les gabonais n’ont rien compris et les travailleurs n’ont plus », a-t-il souligné.
Parmi les mesures sociales annoncées par le chef de l’Etat, 4 milliards  de FCFA seront consacrés par mois pour le règlement des factures de l’électivité, 2 milliards de FCFA pour les factures d’eau et 2,5 milliards de FCFA  pour compenser les pertes des petits propriétaires liées à la suspension des perceptions des loyers, le temps de confinement partiel.
Globalement, le président Ali Bongo a annoncé une enveloppe de  250 milliards de FCFA pour financer les mesures d’accompagnement suite à la pandémie du Covid-19 dont le bilan à ce jour au Gabon est de 21 personnes contaminées dont une guérison et un décès.


Antoine Relaxe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.