L’intérêt de la thrombolyse pour améliorer la prise en charge des AVC  enseigné aux professionnels de santé

L’intérêt de la thrombolyse dans la prise en charge des AVC, d’une part et de l’autre, les indications de la thrombolyse en cardiologie, constituaient la problématique centrale du 1er enseignement post universitaire de l’année en cours, à l’initiative du département de médecine interne et spécialités médicales du Chul; avec à la manœuvre les services de neurologie et de cardiologie.

La mise à jour des savoirs scientifiques et le partage des bonnes pratiques se sont focalisés sur la thrombolyse dans la prise en charge des AVC -ischémiques notamment- qui est un traitement qui permet de dissoudre le caillot de sang empêchant la circulation sanguine.

C’est aussi une technique dite de revascularisation, de référence en cardiologie, pour de nombreuses pathologies cardiovasculaires, notamment les embolies pulmonaires et les ischémies aiguës des membres inférieurs.


L’unité neuro-vasculaire, ouverte au Chul depuis le 18 octobre 2021, permet désormais une prise en charge efficiente des AVC ischémiques et hémorragiques.

Les contraintes de temps d’arrivée des malades – pas plus de 4h dès la survenue des premiers signes d’un AVC- n’ont hélas pas encore permis la réalisation d’une thrombolyse dans cette unité qui a déjà admis plus de 40 victimes d’AVC. Aucun décès déploré à ce jour.

Avec près de quinze millions de cas par an, les accidents vasculaires cérébraux sont la deuxième cause de décès dans le monde après les maladies infectieuses.

Au Gabon, ils représentent la première cause d’hospitalisation et de mortalité au service de neurologie du Chul, où la prise en charge des AVC au sein de la nouvelle unité neuro-vasculaire soulage considérablement les familles.

Le traitement et la prise en charge coûtent tout juste un peu plus de six cent (600 000) Francs CFA, la moitié pour les assurés CNAMGS qui va devoir réduire le nombre des évacués sanitaires à l’étranger dûs aux AVC.

L’AVC est une interruption soudaine de l’apport sanguin au cerveau, en raison d’un vaisseau sanguin bouché. Il peut avoir pour cause une hypertension artérielle non contrôlée ou certaines maladies cardiovasculaires, a renseigné Dr Jennifer Nyangui Mapaga, neurologue assistante au service de neurologie du Chul.

Source : Chul


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.