PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Les avocats de Pascal Oyougou dénoncent sa détention illégale depuis 5 mois à la prison centrale de Libreville

Les avocats de Pascal Oyougou dénoncent sa détention illégale depuis 5 mois à la prison centrale de Libreville

Me Eric Iga Iga (droite)  et son confrère Jean Rémy Bantsantsa durant la conférence de presse le 28 février à Libreville  ©  Gabonactu.com

Me Eric Iga Iga et son confrère Jean Rémy Bantsantsa, tous deux  avocats conseils de l’opposant  Pascal Oyougou, ont dénoncé vendredi dans une conférence de presse conjointe à Libreville, que leur client qui a purgé sa peine de détention préventive de deux ans le 12 septembre 2019,  est selon la loi, disent-ils, détenu désormais illégalement et arbitrairement.

« L’instruction judiciaire ouverte le 12 septembre 2017 est à ce jour clôturée, et monsieur Oyougou est en détention. Or, selon la loi, la détention préventive pour les infractions criminelles est au maximum de 24 mois », a fait observer Me Iga Iga, avant de dénoncer   la posture  du juge d’instructions et des procureurs généraux qui  ne veulent pas se soumettre à l’autorité de la loi.


Ancien cadre du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) et membre fondateur du Rassemblement héritage et modernité (RHM, opposition radicale) devenu Rassemblement pour la patrie (RPM),  Pascal Oyougou a été placé en détention préventive le 12 septembre 2017 à la prison centrale après 72 heures de garde à vue. Il est poursuivi pour « complot contre l’autorité de l’Etat, l’instigation aux actes ou manœuvres de nature à provoquer des troubles ou manifestations contre l’autorité de l’Etat, participation à l’organisation d’une réunion publique  non déclarée ou interdite et attroupement non armé sur la voie publique ayant troublé la tranquillité publique ».

Pour les avocats de Pascal Oyougou, leur client devrait être libéré depuis le 13 septembre dernier. Il est séquestré en violation flagrante de la loi, relative à l’article 1 de la constitution alinéa 1-4 du titre préliminaire.

La détention illégale  de l’opposant a été constatée même par la chambre d’accusation de la Cour d’Appel dans son arrêt du 24 février 2020.  Mais celle-ci refuseraient  de libérer d’office  monsieur Oyougou, indique-t-on.

Selon Me Bantsantsa,  cette détention de  Pascal Oyougou est purement politique. Toutes  les voies de droits ont été épuisées pour libérer  leur client qui n’a jamais été jugé, parce que le dossier serait vide.

« Nous avons été déçu quand le procureur général nous a répondu au sujet de la libération d’office de monsieur Pascal  Oyougou qu’ils  attendent  les instructions du pouvoir politique », a déploré de son coté  Me Bantsantsa.

Sydney IVEMBI

Suivez nous et Aimez nos pages

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email
pendik escort kartal escort çekmeköy escort escort mersin konya escort mersin escort erotik film izle türkçe altyazılı porno lezbiyen porno sex hikaye mersin escort bodrum escort mersin bayan escort