Les abus d’autorité radicalisent les gabonais selon l’opposant Barro Chambrier

Le président RPM,  Alexandre Barro Chambrier durant sa sortie le 29 février à  Libreville ©  Gabonactu.com
Le président du Rassemblement pour la patrie (RPM, opposition radicale), Alexandre Barro Chambrier, a laissé entendre dans une sortie le weekend écoulé à la chambre de commerce de Libreville,  que les abus d’autorité exercée par le régime d’Ali Bongo, engendrent, selon lui, les risques de radicalisation du peuple gabonais.
«  Il est à craindre que ces abus d’autorité continuent à amplifier le fossé qui existe entre ceux qui ce sont octroyés la responsabilité de gérer ce pays  et le peuple. Comment peut-on  s’étonner  dès lors des risques de radicalisation ? »,  s’est indigné M. Barro Chambrier, choqué par des violations répétées de la loi par la justice instrumentalisée selon lui.
La montée au créneau  d’Alexandre Barro Chambrier découle de la détention irrégulière et arbitraire à la prison centrale  de Libreville  de Pascal Oyougou, membre fondateur de son parti.
Pascal Oyougou a été placé en détention préventive le 12 septembre 2017 à la prison centrale après 72 heures de garde à vue. Il est poursuivi pour « complot contre l’autorité de l’Etat, l’instigation aux actes ou manœuvres de nature à provoquer des troubles ou manifestations contre l’autorité de l’Etat, participation à l’organisation d’une réunion publique  non déclarée ou interdite et attroupement non armé sur la voie publique ayant troublé la tranquillité publique ».
Pour les avocats de Pascal Oyougou, leur client devrait être libéré depuis le 13 septembre dernier. Il est séquestré en violation flagrante de la loi, relative à l’article 1 de la constitution alinéa 1-4 du titre préliminaire.
Celui-ci impose que le prévenu soit libérer deux après avoir purgé sa peine de 2 ans sans être jugé.
« Nous lançons un appel au ressaisissement des hommes et des femmes  de loi (…),  faites votre travail et appliquer le droit », a-t-il lancé.

Antoine Relaxe



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.