Le torchon ne brûle finalement pas au sein du CLR

Le président fondateur du CLR, Jean Boniface Assélé, donnant les directives au Délégué général du CLR Dr Nicole Assélé le 1er septembre au siège du parti à Libreville © Com CLR
Après avoir notifié la sanction portant suspension de 30 jours de leurs fonctions au Délégué général du Centre des libéraux réformateurs (CLR, majorité), Dr Nicole Assélé et son adjoint Alexandre Désiré Tapoyo, le président fondateur du parti, Jean Boniface Assélé, s’est affiché dans une photo pleine de convivialité le 1er septembre avec la patronne prétendue sanctionnée de sa formation politique.  
« Pour ce mois de septembre qui débute ce jour, le Camarade Fondateur et moi-même adressons nos vœux chaleureux les meilleurs à tous nos cadres et militants, ainsi qu’à tous les autres compatriotes s’intéressant à la vie de notre parti dont la cohésion et l’action actuelle demeurent fermes et sans faille », a souhaité avec joie Mme Assélé sur sa page Facebook.
Un message traduisant la sérénité au sein du CLR. La suspension des fonctions doublée d’une demande d’explications notifiée aux deux principaux animateurs  du parti semble être une simple farce du président nonagénaire du conseil politique du CLR.

Antoine Relaxe


Suivez nous et Aimez nos pages

film izle


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Vous aimez l'article? Merci de le partager.